Oracle ambitieux sur son Middleware plus ouvert

Régulations

Le géant américain des progiciels entend ne pas abandonner un iota à ses concurrents IBM, BEA et Microsoft sur le marché stratégique du middleware et du SOA

Hot Pluggable‘, le ton est donné par Chuck Phillips, le président d’Oracle, devant un parterre de clients et de partenaires réunis à New York pour fêter Oracle Fusion Middleware. Oracle entend conserver sa place, et même la faire progresser, sur le marché du middleware. Et pour cela, il mise sur son architecture de services SOA (service-oriented architectures). Une stratégie qui s’explique simplement : la prochaine génération des méthodologies d’informatique distribuée, donc de SOA, devrait générer un marché de plusieurs milliards de dollars. “Nous sommes passés d’applications monolithiques à un monde client-serveur, puis sur des architectures deux tiers. Notre cible aujourd’hui ce sont les architectures basées sur le service, et nous allons être aussi grand que n’importe qui sur ce créneau, mais potentiellement plus générateurs d’affaires“, a déclaré Chuck Phillips. Selon le patron d’Oracle, Oracle Fusion Middleware serait plus? – ‘Compréhensif‘, il couvrirait toutes les bases SOA, du back-end aux bases de données, les serveurs d’applications des couches intermédiaires, et le portail GUI pour accéder aux processus professionnels et ressources IT ; – Indestructible, pour assurer la sécurité et les interconnexions ; – Hot pluggable, pour se rapprocher de ce que proposent ses rivaux sur le SOA, , un composant logiciel modulaire qui s’exécute sur les plates-formes les plus répandues pour proposer une interopérabilité entre les technologies middleware et les applications d’entreprise d’IBM, de Microsoft et de SAP. Au dernier trimestre publié, Oracle a affiché sur ce marché un chiffre d’affaires sur les 12 derniers mois de 830 millions de dollars, en progression de 33%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur