Oracle Database 12c s’invite sur le Cloud d’Amazon

Bases de donnéesCloudData & StockageDSIIAASProjets
AWS

La base de données Oracle Database 12c fait son entrée sur le service Amazon Relational Database Service. Les professionnels pourront y accéder, même sans posséder leur propre licence.

Le service de bases de données en mode Cloud Amazon RDS (Amazon Relational Database Service) s’enrichit aujourd’hui de nouvelles instances Oracle Database 12c. La dernière version de la base de données d’Oracle, forte de plus de 500 nouveautés, devient ainsi accessible sur le Cloud public du géant Amazon.

Le modèle tarifaire appliqué aux offres Oracle est conservé : entre 0,040 et 4,235 dollars de l’heure, suivant la taille de l’instance et le datacenter où elle est hébergée. Le tout licence incluse. Les entreprises peuvent également utiliser leur propre licence. Les prix tombent alors à 0,025-1,930 dollar de l’heure.

Diverses options sont proposées : instances réservées (avec ou sans licence), stockage SSD (standard ou de hautes performances), stockage de sauvegarde et transfert de données (entre AWS et le client, ou entre datacenters AWS).

Oracle, SQL Server, MySQL, PostgreSQL…

Le service Amazon RDS est aujourd’hui particulièrement complet. En plus d’Oracle Database, il peut accueillir des bases de données Microsoft SQL Server, mais aussi des offres MySQL, PostgreSQL ou Aurora, une solution maison compatible MySQL et optimisée spécifiquement pour le Cloud. Voir à ce propos notre précédent article « Avec Aurora, Amazon défie Oracle sur les databases MySQL dans le Cloud ».

À lire aussi :
Oracle : les résultats stagnent, mais le Cloud grimpe
Amazon va armer AWS avec les puces d’Annapurna Labs
Cloud : AWS épouse Docker avec EC2 container service


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur