Mark Hurd (Oracle) : « Nous voulons être le numéro un dans tout ce que nous faisons »

Bases de donnéesRégulations

La venue du président d’Oracle en France est un évènement, nous l’avons rencontré.

L’homme a conservé sa jovialité et reste accessible, même si son temps est toujours réduit et contrôlé par une armée d’assistantes. Son discours en revanche se veut ‘corporate’, et se contente de survoler les sujets. Mark Hurd, le président d’Oracle, était à Paris ce mardi 16 octobre.

La satisfaction des résultats

Mark Hurd décrit rapidement, et avec satisfaction, les résultats du groupe, résultats en progression et prévisionnel qualifié « intéressant ». Oracle maintient ses projets d’investissements et conserve 6 milliards de dollars en cash, « que nous consacrerons à prolonger notre stratégie d’acquisitions, mais également à notre développement organique ». L’Europe représente le tiers des revenus du groupe, en progression également.

Plus intéressante est la vision stratégique du patron. « Nous voulons être le numéro un ‘best of breed’ dans tout ce que nous faisons », lance-t-il avec force. « Nous interfaçons fortement nos solutions, nous rendons le matériel meilleur pour nos applications. La performance et le coût sont la même chose. Notre objectif est d’apporter un meilleur support aux solutions déployées chez nos clients. »

Cloud et Open World

Oracle Mark HurdMark Hurd évoque ensuite la fusion des solutions d’Oracle avec le cloud. « Il vient compléter les capacités et la modularité de nos solutions. La performance est là, en conjonction avec PeopleSoft par exemple ». Et conclut sur un focus vers l’industrie avec la création d’architectures convergentes et intégrées destinées à des métiers spécifiques. « Nous consacrons de l’argent pour créer des solutions uniques pour industrie. »

Le président d’Oracle nous décrit ensuite rapidement les tendances et annonces d’Oracle Open World 2012 (lire « Les grandes annonces de l’Oracle Open World 2012, en images »).

Il nous confirme les ambitions du groupe en Europe et en France. « Nous avons des centres de développement en Europe. Et tout le monde chez nous intervient soit sur le développement soit sur les ventes. »

La stratégie cloud du groupe s’appuie également sur deux datacenters européens, en Angleterre et en Ecosse. Interpellé sur le marché des solutions intégrées, concurrentes des Cisco, HP ou IBM, Mark Hurd nous a indiqué que cette activité avait dépassé le milliard de dollars de chiffre d’affaires, « et nous allons le doubler ».

La stratégie technologique d’Oracle

« Le problème de nos clients, c’est qu’ils doivent faire deux choses en même temps. Oracle est le seul à permettre de le faire ». Mark Hurd évoque la gestion du matériel et du logiciel dans ses solutions (nous vous invitons à lire notre interview de John Fowler, responsable de la division hardware d’Oracle, qui développe cette vision).

« Avec l’appliance ExaData et la compression matérielle, nous rendons nos bases de données dix fois plus petites. Nous permettons à nos clients d’innover vers leurs clients. Beaucoup de nos clients ont encore des technologies qui ont plus de 20 ans, au budget plat, mais ont de gros besoins sur les données. Ils doivent innover et nos solutions les accompagnent. »

Arrivant au terme des 30 minutes qu’il nous a accordées, Mark Hurd répond à une dernière question sur l’avenir de la base de donnée et l’émergence de nouvelles solutions NoSQL qui affirment préparer l’après Oracle (lire « NuoDB, le futur de la base de données »). « Nous sommes le premier dans le NoSQL », affirme-t-il, sans détailler l’offre d’Oracle, ni nous indiquer s’il range Hadoop et le Big Data dans cette catégorie…

« Nos clients continuent de travailler avec nous sur ces projets, car ils ont besoin de performances et de sécurité. Nous avons toutes ces technologies. Et nous allons continuer de révolutionner les technologies. »


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire du cloud


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur