Oracle met 6,66 milliards pour avaler BEA Systems

Logiciels

Le grand Monopoly continue. A 5 jours de l’accord entre SAP et B.O. (Business Objects), Oracle s’emballe sur BEA en proposant 25% de bonus sur le cours du titre. . Mais la proie refuse de se laisser prendre si facilement

Après le rachatde Business Objects par SAP, on attendait la réaction d’Oracle. Elle ne s’est pas fait attendre et elle est de taille. L’éditeur américain de progiciels frappe un grand coup et annonce le lancement d’une OPA sur son compatriote BEA Systems pour la bagatelle de 6,66 milliards de dollars !

Si l’opération se concrétise (ce qyui n’est pas encore fait, lire notre encadré), il s’agira d’un des plus grand ‘coup’ de Larry Ellison, le p-dg d’Oracle. Les précédents records était de 10 milliards pour PeopleSoft en 2004, 6 milliards de dollars avec le rachat en 2006 de Siebel. Cette année, le groupe s’est emparé d’Hyperion pour plus de 3 milliards. Au total, Oracle a dépensé plus de 20 milliards de dollars en acquisitions pour étoffer son catalogue…

Surenchère de 25% sur la cotation

Concrètement, Oracle offre 17 dollars par action en numéraire, ce qui représente une prime de 25% par rapport au cours de clôture de BEA jeudi.

Déjà pour B.O. (Business Objects), SAP a mis une prime dépassant les 20%

“Cette offre est le point culminant de conversations répétées avec le direction de BEA ces dernières années”, a déclaré le président d’Oracle, Charles Phillips.

Elle a surtout été rendue possible par la montée dans le capital de BEA du raider Carl Icahn qui possède désormais plus de 11% de l’éditeur. Icahn a toujours été partisan d’une vente afin de faire décoller le cours de l’action de BEA.

Rappelons que BEA vend des logiciels d’applications pour serveurs informatiques. Ces produits sont utilisés notamment dans le traitement des transactions, la facturation, le service au client et les échanges boursiers. Il propose aussi des outils de développement, permettant l’intégration et le déploiement d’applications e-business et SOA.

La question est désormais de savoir si ce rachat permettra à Oracle de rattraper son éternel ennemi, SAP. En tout cas, il illlustre la surenchère observée dans ce secteur depuis plusieurs années.

Oracle a dégagé au premier trimestre de son exercice un bénéfice de net de 840 millions de dollars, soit 16 cents par action, contre 670 millions (13 cents) un an plus tôt ( 25%).

Son chiffre d’affaires a progressé sur la période à 4,53 milliards de dollars contre 3,59 milliards ( 26%) sur le trimestre identique de l’an dernier. Des performances largement supérieures aux attentes des analystes.

BEA refuse Ce vendredi soir, BEA Systems a finalement réagit officiellement à l’OPA d’Oracle. Et autant dire que l’accueil est plutôt glacial.L’éditeur juge que le prix proposé “sous-évalue significativement BEA Systems”. BEA a qualifié d’“hostile” l’offre d’Oracle, rappelant avoir fait parvenir jeudi à ce dernier un courrier appelant à un meilleur prix.Les surenchères peuvent donc commencer…

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur