Oracle pourrait renoncer à PeopleSoft

Cloud

Grâce à une arme commerciale anti-rachat, PeopleSoft pourrait échapper à l’OPA hostile

Nouveau rebondissement dans le dossier de l’OPA hostile de 7,3 milliards de dollars d’Oracle contre son concurrent PeopleSoft. On pensait que Larry Ellison ne lâcherait pas le morceau mais selon le

Wall Street Journal, le patron d’Oracle commencerait à se poser des questions. Le quotidien explique qu’Oracle a demandé à un tribunal du Delaware d’accélérer l’examen d’une demande de blocage d’une offre commerciale de PeopleSoft. Cette offre, en forme d’arme anti-rachat pour l’éditeur, consiste à offrir aux entreprises acquérant un logiciel PeopleSoft la possibilité de se voir rembourser de deux à cinq fois le coût de la licence si un éventuel acquéreur de l’éditeur ne remplissait pas certaines conditions. Dans un document transmis à la justice, Oracle reconnaît que l’offre commerciale, récemment révisée, peut effectivement être invoquée en cas de changement de majorité au sein du conseil d’administration de PeopleSoft, que ce changement résulte d’un rachat du groupe ou d’un vote des actionnaires, poursuit le Wall Street Journal. Au moins 800 millions à débourser en plus Cette option de remboursement est en outre applicable si un rachat intervient dans un délai de deux ans, contre un an auparavant, ou si l’acquéreur de PeopleSoft modifie les modalités de support des produits avant quatre ans, contre deux ans dans la première version. Bref, tout est fait pour transformer un éventuel rachat de PeopleSoft en véritable cadeau empoisonné pour Oracle. Outre, les 7,3 milliards de l’OPA, l’éditeur devrait donc rajouter au moins 800 millions de dollars au titre de cette offre commerciale…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur