Orange augmente les tarifs de ses forfaits Internet

Réseaux

Quelques milliers d’abonnés verront leur facture Internet augmenter de 1 à 5 euros mensuellement. Alternative : migrer vers une autre offre « plus riche » ou partir pour la concurrence.

Les plus fidèles abonnés d’Orange risquent d’avoir une mauvaise surprise pour la rentrée. Leur fournisseur d’accès préféré (ou par défaut) a décidé d’augmenter, à partir du 1er septembre, les tarifs des plus anciens forfaits ADSL, révèle Le Parisien (13/08/2009). Par exemple, le forfait ADSL 512 Kbits/s limité à 5 Go d’échange de données passera de 19,90 euros à 24,90 euros par mois. Soit une augmentation de plus de 25 %. En ces temps de difficultés économiques, l’initiative risque d’avoir du mal à passer.

Au total, 29 forfaits commercialisés sous l’ère Wanadoo (et aujourd’hui disparu du catalogue de l’opérateur) sont concernés par l’augmentation tarifaire qui s’étendra de 1 à 5 euros mensuels. La grande majorité des forfaits, soit 24 sur 29, subiront une augmentation limitée à 1 euro. Les 5 autres verront leurs conditions réévaluées de 5 euros. Ces offres concernent aussi bien les particuliers que les entreprises.

« Ces augmentations concernent une toute petite partie de nos clients sur des offres anciennes dont les plus récentes ne sont plus commercialisées depuis plus de deux ans et avec un nombre d’abonnés qui baisse inexorablement », explique un porte-parole d’Orange. Selon lui, ces forfaits ne comptent plus que quelques centaines voire quelques dizaines d’utilisateurs. Et même 2 clients pour l’une d’elle. Sont également concernés les forfaits bas débit RTC. La plupart des cas concernent des offres obsolètes à bande passante et/ou volume de données limités, voire forfaitisées à la durée de connexion.

La baisse du nombre d’abonnés se répercute donc sur la rentabilité des services. « Les coûts fixes ne diminuent pas, au contraire », justifie Orange. D’où la nécessité d’augmenter les tarifs (à défaut de pouvoir les supprimer) pour amortir les pertes… et inciter les abonnés à migrer vers d’autres offres, plus rentables. « Les clients n’ont pas toujours conscience qu’il existe aujourd’hui des offres beaucoup plus attractives, avec des services supérieurs, parfois à des tarifs proches voire inférieurs à ce qu’ils ont aujourd’hui. » Dommage que ces possibilités d’évolution ne transparaissent pas dans les courriels envoyés aux abonnés même si certains « ont fait l’objet d’approches commerciales personnalisées ».

Il n’en reste pas moins que les premiers prix ADSL d’Orange démarrent à 24,90 euros. A ce tarif, l’abonné à droit à 1 Mbits/s et… la télévision. Un service premium qui ne répond pas forcément aux attentes des utilisateurs qui risquent donc de payer pour des services dont ils n’ont pas besoin.

Orange prend ainsi le risque de perdre des abonnés même si la majorité des augmentations s’élevant à 1 euro devrait limiter les envie de migration. Il n’empèche que la concurrence est prête à accueillir ces abonnés déçus. SFR, Bouygues Télécom ou encore DartyBox proposent tous des offres d’accès Internet seul autour de 20 euros par mois (15 euros chez SFR), y compris chez NordNet, pourtant filiale de France Télécom. Et sans limitation de volume ou de bande passante. Dans tous les cas, c’est un pan des offres Internet « limitées » qui est en train de disparaître du marché.

orangecourrielaugmentation.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur