Orange estime que l'iPhone fera décoller l'Internet mobile

Cloud

Le système de reversement de revenus imposé par Apple ne sera pas appliqué à d’autres fabricants, prévient Didier Lombard, patron de France Télécom

C’est le grand jour. Ce soir, l’iPhone sera mis en vente dans les boutiques parisiennes d’Orange qui exceptionnellement seront ouvertes pendant la nuit. Une grande sauterie sera également organisée. Il faut dire que la filiale de France Télécom mise beaucoup sur le terminal star de la pomme, notamment pour enfin faire décoller le fameux internet mobile. Car malgré l’essor de la 3G en France, il faut bien reconnaître que globalement, l’usage des services datas stagne.

Selon le dernier observatoire de l’Arcep, le régulateur des télécoms, le nombre de clients ‘multimédia mobile’ atteint 14,6 millions, soit 28% des clients des opérateurs mobiles. Mais ce nombre baisse par rapport au 4e trimestre 2006 où l’on comptait 15,1 millions de clients. Par ailleurs, les opérateurs tirent encore 85% de leurs revenus du transport de la voix sur leurs réseaux.

Pour Didier Lombard, patron de France Télécom, interrogé par La Tribune, l’iPhone est “un produit complet du point de vue de la convergence. L’arrivée d’un terminal aussi simple d’usage et intuitif que l’iPhone va faire basculer le marché de la mobilité sur l’utilisation de l’Internet. Tant que vous ne disposez pas d’un terminal à l’ergonomie exceptionnelle pour le faire, cette évolution est freinée. Avec l’iPhone, Orange se positionne pour être un leader dans ce virage des usages”. L’usage illimité d’Internet proposé avec les forfaits devrait aider à atteindrez cet objectif.

Pour autant, le terminal reste cher (au minimum 399 euros plus un abonnement minimum de 49 euros par mois -lire notre encadré), et son côté haut de gamme ne provoquera pas d’effet de masse… “C’est clairement un produit haut de gamme qui ne touchera pas la totalité de nos clients”, concède Didier Lombard. Mais les ambitions sont bien là : l’opérateur vise entre 50.000 et 100.000 exemplaires vendus en un mois.

Ambitieux ? “En Europe, le succès de l’iPhone reste à prouver. Le marché européen est beaucoup plus compétitif qu’en Amérique du Nord”, a estimé Carolina Milanesi, analyste chez Gartner, qui souligne que les modèles haut de gamme sont plus nombreux et plus subventionnés sur le Vieux continent.

En France, SFR a ainsi lancé cinq téléphones 3G+ des principaux constructeurs à des prix démarant à moins de 50 euros…

Et il ne faut pas non plus oublier les ventes sur Internet auprès de sites américains où l’iPhone, grâce à un dollar faible, est vendu à moins de 300 euros.

Outre le prix qui risque d’en dissuader beaucoup, l’absence de 3G et surtout de 3G+ est également un argument mis en avant par les détracteurs de l’iPhone, une absence qui risquerait de pénaliser l’usage des services de données, selon certains. Mais Orange balaye cet argument. Pour Louis-Pierre Wenes, directeur exécutif de l’opérateur pour la France, cité par Le Figaro, “le réseau 3G est moins étendu (que Edge). L’iphone couvre 98% de la population. Il permet de regarder YouTube ou de la VOD sans aucun problème. Comme c’est un téléphone Wi-fi, si le client est près d’un des 30.000 hotspots d’Orange, il peut accéder au très haut débit.”

Edge suffisant pour faire de l’Internet mobile ? Cela reste à prouver. Si la couverture est certes au rendez-vous, la navigation et le téléchargement à moins de 300 kb/s demeure un peu juste, voire frustrant pour certaines applications même si cette technologie apporte un confort correct pour des usages basiques.

Apple prépare néanmoins bien un iPhone 3G, “Sans doute en 2008. Il faudra bien sûr changer de téléphone mais il y aura dans les familles de nombreux amateurs pour reprendre les ‘vieux’ iPhone qui à eux seuls sont un iPod Touch avec un téléphone inclus”.Orange mise donc sur un renouvellement rapide malgré un prix de départ élevé…

Autre terrain sensible, le reversement des revenus imposé par Apple. Orange refuse toujours de confirmer le taux de 30%. Mais ce précédent pourrait donner des idées à d’autres fabricants comme Nokia. Mais Didier Lombard prévient déjà : “Ce que j’ai accepté pour Apple, je ne l’ai pas accepté pour Nokia. Que les fabricants de terminaux en rêvent, peut-être, mais aucun n’a la notoriété d’Apple qui ne joue pas du tout dans la même cour. Quand les autres auront atteint ce niveau là, nous verrons. Pour le moment, ils n’y sont pas”.Voila qui a le mérite d’être clair.

Prix et offres définitifs Orange a donc annoncé la grille tarifaire officielle liée à l’iPhone. Comme on le savait déjà, le terminal sera vendu 399 euros associé à 4 forfaits allant de 49 à 119 euros par mois pour deux ans d’engagement.Si un client Orange souhaite conserver son forfait actuel, il devra payer l’iPhone 549 euros.L’abonnement à 49 euros permet 2 heures de communication la semaine plus 2 heures soir et week-end, 50 SMS et 10 heures de connexion aux hotspots d’Orange. Il faut débourser 4,50 euros de plus par mois pour un engagement de 1 an.Tous les forfaits intègrent la messagerie vocale visuelle, les e-mails et Internet en illimité.Nu, c’est à dire sans abonnement, l’iPhone sera commercialisé 649 euros auxquels il faudra rajouter 100 euros pour le déblocage. Le terminal nu et déSIMlocké sera donc proposé à 749 euros contre 999 euros en Allemagne.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur