Orange tente une incursion sur l'accès Internet low cost

Cloud

Orange lance un forfait Internet à moins de 20 euros. De l’inédit dans le catalogue de l’opérateur mais encore loin d’inquiéter les offres concurrentes.

Orange se lance à son tour dans la guerre des prix sur le marché des accès Internet. La filiale de France Télécom annonce un nouveau forfait: Découverte est proposé à 19,90 euros mensuel sans engagement. Il sera commercialisé à partir de demain, jeudi 11 février.

Si en apparence, Découverte jette un pavé dans la marre des offres Numéricâble et Alice, qui ont également récemment lancé des offres à 20 euros, dans les détails les internautes n’y trouveront pas leur compte.

Pour 19,90 euros, l’abonné bénéficiera certes d’un accès ADSL non bridé (jusqu’à 8 Mbit/s) et c’est tout. Pas de téléphonie IP illimitée, pas d’offre de télévision. De plus, l’offre s’appuie sur la ligne analogique de l’abonné qui doit donc maintenir (ou souscrire) son abonnement téléphonique à 16 euros/mois. Au final, l’abonné se retrouvera avec un service d’accès Internet à près de 36 euros, soit 6 euros de plus en moyenne que les offres triple play (Internet, téléphone illimité, TV) totalement dégroupées de la concurrence et même 16 euros comparés aux nouvelles offres low cost. Sans compter les 3 euros mensuels de location de la Livebox.

S’il semble bien qu’Orange ne veuille pas laisser à la concurrence le marché captif des offres Internet low cost, son offre Découverte ressemble plus à une astuce déguisée pour maintenir l’abonnement de la ligne téléphone de France Télécom de l’abonné. Une stratégie qui aura du mal à renverser l’attraction des offres dégroupées.

« Le dégroupage total, avec plus de 6 millions d’accès représente plus de 64% des accès achetés sur les marchés de gros du haut débit par DSL », commentait l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) lors de son précédent relevé de l’état des communications en France. Et 76 % de la population est éligible aux offres dégroupées alternatives à celles d’Orange. Y restera-t-elle encore longtemps insensible pour privilégier l’opérateur historique?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur