Orange veut se rapprocher de Bouygues Telecom

Réseaux
Orange Hello 7 novembre 2013, Stéphane Richard

Les spéculations sur le rapprochement d’Orange et Bouygues Telecom s’intensifient. Mais aucune discussion n’a officiellement été initiée.

Orange pourrait profiter de la présentation de ses résultats du premier trimestre 2014, demain mardi 29 avril, pour évoquer la recomposition du paysage des télécoms en France suite à la fusion de SFR avec Numericable en vue. Une recomposition qui pourrait passer par un rapprochement de l’opérateur historique avec Bouygues Telecom.

« Il sera difficile pour Bouygues Telecom de partager son réseau avec SFR comme prévu. Alors qu’Orange est prêt à discuter avec eux », déclare un proche de Stéphane Richard, le PDG d’Orange, rapporte le Journal du Dimanche. Le contact anonyme de l’hebdomadaire évoque l’accord de mutualisation du réseau mobile que SFR et Bouygues ont signé en début d’année.

Bouygues Telecom isolé

Mais le rapprochement de SFR avec le câblo-opérateur a laissé un goût amer dans la stratégie de Martin Bouygues qui s’est démené, en vain, pour racheter SFR. Un échec qui l’isole sur un marché qui sera dominé par Orange dans le mobile, par SFR-Numericable dans le très haut débit fixe, et sous pression de la stratégie agressive de Free. Même si le patron de Bouygues s’en défend. Il aurait donc tout intérêt à créer une alliance avec un concurrent.

De son côté, Orange a lui aussi intérêt à maintenir ses distances avec Free pour éviter d’avoir à négocier un partage de réseau avec la filiale d’Iliad. Si Stéphane Richard se dit très satisfait de l’accord d’itinérance 3G signé avec Free il y a deux ans, il n’en connaît que mieux les risques liés à avoir fait entrer le loup dans la bergerie comme l’avait accusé ses concurrents lors de la signature du contrat à l’époque. SFR étant désormais préempté, il ne reste plus que Bouygues vers qui se tourner. « Les deux opérateurs détiendraient 50% des antennes, ce qui n’est pas rédhibitoire », juge la source du JDD pour qui « un accord avec Bouygues créerait plus de valeur qu’avec Free ». Il permettra également de préparer la sortie du partenariat avec Free prévue pour 2018 au plus tard.

2 milliards de dédommagement

Il n’en reste pas moins que le désengagement de l’accord passé avec SFR ne sera pas simple à mettre en œuvre pour Bouygues Telecom. De son côté, Numericable ne montre aucune velléité de rupture. Et celle-ci pourrait coûter jusqu’à 2 milliards d’euros à Bouygues en dédommagement. La recomposition du paysage français des télécoms ne fait que commencer…


Lire également
Après la fusion SFR-Numericable : Bouygues Télécom se cherche un avenir


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur