Oreka ferme ses portes

Régulations

Un des pionniers de l’Internet français cesse ses activités, ses 30.000 abonnés sont invités à migrer chez Club-Internet

C’est une page de l’Internet français qui se tourne. Face à une concurrence de plus en plus acharnée, une guerre des prix sans pitié et une concentration à marche forcée des FAI, Oreka ne faisait plus le poids. Il cessera ses activités le 31 mai prochain.

Et pourtant, le fournisseur s’était distingué en 2000 avec les premiers forfaits intégraux gratuits. Ils permettaient de se connecter à In ternet pendant 18 heures par mois, sans payer le moindre centime. En échange, l’internaute acceptait l’affichage de publicités. L’offre avait de quoi séduire à une époque où les abonnements étaient encore chers. D’ailleurs, 900.000 personnes ont rejoint le FAI. Mais ce succès n’a pas duré. L’éclatement de la bulle Internet et surtout la montée en puissance des concurrents avec des forfaits haut débit de moins en moins onéreux ont porté un coup fatal à Oreka qui n’a pas su séduire les investisseurs. Aujourd’hui, seuls les plus puissants résistent et un parc d’environ 500.000 abonnés est nécessaire pour tirer son épingle du jeu. Les petits comme Oreka qui ne comptent que 30.000 abonnés n’ont plus qu’à disparaître. Oreka n’est pas le seul: la Poste et Cario ont déjà mis la clé sous la porte. S’ils le souhaitent, les abonnés d’Oreka pourront rejoindre Club-Internet avec qui un accord a été signé. La filiale de Deutsche Telekom leur offre un mois d’abonnement gratuit.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur