Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudServeurs

OVHcloud : le nettoyage rebat les cartes à Strasbourg

Une carte mère Super Micro, de la RAM Samsung, un SSD Western Digital… Les photos de composants électroniques se sont multipliées ces dernières heures sur le Twitter d’Octave Klaba. Avec un mot-clé en commun : nettoyage. Le processus se révèle délicat. Et son issue, incertaine. À tel point qu’OVHcloud n’est globalement pas en mesure de garantir des dates de redémarrage précises pour le matériel concerné.

Ce matériel se trouvait dans deux datacenters : SBG1 et SBG3.
Le premier ne repartira pas. Les équipements récupérables iront pour une partie dans SBG4 (en l’occurrence, les serveurs des salles 61A, 61D, 62A et 62D). Et pour l’autre (salles 61E et 62E), dans les datacenters OVHcloud de Roubaix et de Gravelines. Pour tous, le timing pose question. Initialement, on nous avait annoncé un début de remise en service mercredi 24 mars. Aux dernières nouvelles, les démarches ne commenceront pas avant lundi 29. Sur les serveurs des salles 61E et 62E, le rythme de nettoyage est de 3 baies/jour, sachant qu’il y en a 32 à traiter.

Nettoyage : le temps incompressible ?

Nettoyage également nécessaire pour une partie du matériel de SBG3. Et là aussi, pas d’échéance précise. Que ce soit pour les dédiés, les VPS ou les serveurs cloud (correspondant aux zones OpenStack SBG5 et SBG6).

Une part importante des serveurs hébergés dans SBG3 ont néanmoins redémarré. Au dernier pointage, effectué ce jeudi soir, étaient accessibles 86 % des pCI, 83 % des VPS et 71 % des Bare Metal. Pas de chiffres, en revanche, pour l’offre Hosted Private Cloud. Sinon une estimation de capacité : 20 clients rétablis par tranche de trois heures.

Le stockage objet (pCS) n’a quant à lui pas encore redémarré. En milieu de semaine, on nous évoquait un possible accès en lecture seule à partir de samedi 27 mars. Cela semble se confirmer et pourrait même intervenir ce soir ou cette nuit. Le cluster est reconstitué, mais OVHcloud doit rétablir la redondance pour une partie des données (20 %), dont l’incendie n’a laissé qu’une seule copie. L’accès en écriture ne devrait pas être effectif avant lundi 29.

L’accès à pCS permettra de rétablir les VPS hébergés sur SBG2. Ou plus exactement les 30 % d’entre eux qui avaient l’option payante de backup automatisé.

Reste à savoir sous quelle forme se fera la restauration de ces VPS. Ceux qui se trouvaient « physiquement » dans SBG3 – et qui étaient récupérables sans besoin de backup – ont tout simplement redémarré, comme en témoignent plusieurs membres de la communauté OVHcloud.

Illustration principale (datacenter Gravelines 1) © OVHcloud

Recent Posts

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

51 minutes ago

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

2 heures ago

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

7 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

23 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

1 jour ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

1 jour ago