Ovi Store: Nokia en appelle aux développeurs

Cloud

Afin de promouvoir  sa plate-forme de téléchargement Ovi Store, le finlandais s’inspire d’Apple. Nokia cherche des développeurs pour créer de nouvelles applications pour ses appareils.

Nokia cherche 350 programmeurs afin de développer de petites applications pour son Ovi Store. A l’image de la marque à la pomme et de son Apple Store, le géant finlandais des mobiles veut générer de nouvelles applications pour son futur terminal mobile, le N97, qui sera commercialisé en juin.

Dans le quotidien Les Echos, Tero Ojanperä, vice-président des services chez Nokia explique son positionnement : “Nous disposons d’une base installée de 50 millions de mobiles qui pourront bientôt télécharger des applications gratuites et payantes grâce à une mise à jour“.

Il semble donc que le géant finlandais souhaite s’inspirer de la plate-forme de téléchargement légal Apple Store qui s’appuie notamment sur la vente de 20 millions d’iPhone à ce jour. Du coup, ce sont les géants des mobiles (Palm, Rim) et de l’informatique et Net (Microsoft, Google) mais aussi certains opérateurs (China Mobile, Verizon, Vodafone) qui font le choix de s’orienter vers de tels modèles, générateurs de relais de croissance.

Dans cette optique, un rapport signé Juniper explique que d’ici 2014, les modèles tels que “l’App Store” devraient générer jusqu’à 25 milliards de dollars. Le fait que les smartphones s’adressent à un public large et que les services soient nombreux sont des critères importants.

En ce sens, ce sont principalement les jeux à télécharger qui devraient profiter de cette nouvelle manne. On peut tout aussi bien imaginer un essor des services tels que la géolocalisation ou de nouveaux moyens de paiement.

Toujours est-il que Nokia promeut cette annonce en forme d’appel aux développeurs au moment même où le groupe annonce le licenciement de 450 de ses employés dans ses activités ‘services’. Un plan qui s’ajoute aux 3.000 suppressions d’emplois décrétées par la firme afin d’engendrer des économies.

Nokia joue donc double-jeu en espérant générer des relais de croissance. Mais il n’est pas certain que le finlandais puisse un jour connaître le même succès que la firme à la pomme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur