P. Keryer (Alcatel-Lucent): «Permettre aux opérateurs d'ouvrir leurs réseaux aux acteurs du web»

La transformation des réseaux vers le tout IP, l’amélioration des services et, in fine, l’évolution du modèle économique des opérateurs, constituent l’un des axes de développement mis en œuvre à travers la nouvelle stratégie d’Alcatel-Lucent présentée il y a un an par Ben Verwaayen lors de son arrivée à la tête de l’entreprise. Axe de développement qui vient de franchir une étape importante aujourd’hui avec la présentation de nouvelles solutions applicatives par l’équipementier.

« L’idée est de proposer une suite d’outils qui permettent à nos clients opérateurs d’ouvrir leur réseau à des tierces partie, qu’il soient entreprise, développeurs ou acteurs du web », explique Philippe Keryer, président du groupe Opérateurs d’Alcatel-Lucent. L’entreprise franco-américaine présente ainsi Application Exposure Suite, un ensemble de solutions qui « permet aux opérateurs d’ouvrir leur réseau dans quatre domaines : le contrôle, les contenus, les applications et les domaines de contexte ».

alcatellucentphilippekeryer.jpg

Schématiquement, ces outils permettront aux opérateurs de fournir un accès privilégiés à leurs abonnés vers les services d’un tiers sans nécessairement passer par des points de peering (points hauts du réseau). A l’inverse, les acteurs tiers pourront exploiter des données propres aux réseaux des opérateurs pour enrichir leurs propres services. Et, du même coup, de monnayer cette capacité de services aux tiers en question.

80 % du trafic échappe aux opérateurs

Cela passe notamment par l’optimisation du réseau et sa capacité à arbitrer entre transmission et stockage, par l’ouverture du réseau aux développeurs à partir d’API (mises en œuvre avec l’offre Open API Service ), d’ouvrir la plate-forme IMS (IP Multimedia Subsystem pour la convergence des réseaux et données vers le tout IP) vers l’extérieur, et bien sûr par l’accompagnement du client dans l’évolution de son réseau et de son modèle économique (proposé à travers l’offre d’intégration Transformation Services).

Concrètement, les tierces parties pourront accéder à des informations de géolocalisation des abonnés, aux données de facturations, à leur préférence de service, etc. Autant de données que les développeurs exploiteront dans des applications combinées de type mash-up. Une stratégie qu’Alcatel-Lucent inscrit dans le cadre de sa vision «Application Enablement».

Si les opérateurs ont jusqu’à aujourd’hui restreint l’ouverture de leurs données réseau, « c’est parce qu’ils ne disposaient pas des outils efficaces pour le faire », analyse Philippe Keryer. Mais surtout, le modèle économique a changé. Et il devient urgent de s’y adapter. « Même chez les opérateurs de télécommunication les plus avancés, avec la convergence fixe-mobile, le support de l’IPTV, etc., 20 % du trafic est généré par leurs servives contre 80 % issu du web et non contrôlé », avance le responsable.

70 % des opérateurs fixes prêts à ouvrir leur réseau

Une situation que les opérateurs n’apprécient guère et qui pourrait être dommageable à terme pour les acteurs du web également. « Le monde du web est conscient de cette problématique qu’est la déconnexion des revenus des opérateurs face à l’augmentation du trafic. Donc les acteurs du web auront besoin des opérateurs pour développer et enrichir leurs services. » Et de poursuivre : « C’est quelque chose que l’on ressent fortement à travers nos discussions avec les acteurs du web dont les offres de contenus et services, comme l’AppStore et ses 100 000 applications, commencent à constituer un frein car si le réseau n’a pas la capacité de supporter la consommation toujours plus grandes de données, le modèle ne pourra pas continuer. »

Une opportunité que saisit Alcatel-Lucent pour se placer en intermédiaire visant à jouer un rôle stratégique au niveau des modèles économiques à équilibrer entre opérateurs, fournisseurs de services et grands acteurs du web. Précédemment en instaurant une nouvelle génération d’architecture réseau haute performance HLN (High Level Network), aujourd’hui avec Application Exposure Suite pour instrumenter le réseau. D’autant que « 70 % des opérateurs fixes déclarent avoir la volonté d’ouvrir leur réseau aux tiers et 80 % chez les opérateurs mobiles », précise le porte-parole de l’équipementier. A noter que l’opérateur ne doit pas obligatoirement être équipé du HLN pour supporter Application Exposure sauf pour exploiter certains aspects poussés comme les fonction de rooting.

La nouvelle offre d’Alcatel-Lucent vise donc à «accélérer» les mises en contact entre les opérateurs et les acteurs tiers qui tireront partie des réseaux tout en offrant un cadre sécurité à partir d’API validées. Mais au-delà, l’équipementier veut initier une véritable dynamique du secteur car « l’intérêt et les enjeux sont énormes ». Et d’illustrer par l’exemple : « Si je convainc Orange, Deutsche Telekom et AT&T d’ouvrir la même API, de géolocalisation par exemple, les développeurs d’iPhone (ou autre) pourront combiner les API de carte (Google Maps) avec les informations de géolocalisation des trois opérateurs ce qui me permettra ainsi de proposer une application enrichie d’une notion de présence. »