Pagaille sur le Web mail ? Une étude Clearswift

Sécurité

Selon une récente enquête menée par Clearswift, éditeur d’anti-spam, une certaine confusion règne dans les entreprises pour évaluer leur niveau de protection dû à des solutions de filtrage Web ou de blocage d’URL

Sur 2.500 entreprises interviewées aux USA, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Scandinavie, 95 % d’entre elles considèrent les virus comme LA menace numéro un. Pour s’en protéger, la plupart se contentent de systèmes de blocage d’URL. 70 % des sociétés s’inquiètent toutefois des risques liés aux téléchargements sauvages, même si moins de 10% utilisent une solution spécifique pour les restreindre. Mais le point sans doute le plus intéressant dans cette enquête, est que les entreprises ne semblent pas faire de différence notable entre analyse de contenu Web, filtrage, blocage d’URL et produits anti-virus. Ainsi, certaines entreprises ayant mis en oeuvre des solutions ne couvrant que le blocage d’URL sont persuadées disposer également de fonctionnalités anti-virus et d’outils d’analyse des contenus. Par ailleurs, l’enquête révèle que 65 % des sociétés interrogées utilisent Internet pour accéder à des Web mails, les trois quarts des utilisateurs interviewés admettant d’ailleurs le faire à titre personnel. Toutefois, personne ne semble vraiment conscient du fait que ce type d’e-mail présente un risque significatif de porte dérobée qui peut réduire à néant toutes les procédures et règles de sécurité mises en oeuvre pour sécuriser la messagerie interne. Bref, il y a encore beaucoup à faire pour qui veut sérieusement consolider les solutions de protection…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur