PagesJaunes finalement cédées à KKR

Cloud

France Télécom encaissera 3,3 milliards d’euros pour sa filiale valorisée à 6 milliards

L’affaire est presque bouclée. Malgré le désistement de candidats de taille comme Vivendi, France Télécom est sur le point de vendre les 54% qu’il détient dans PagesJaunes. L’opérateur historique annonce des discussions exclusives avec le fonds d’investissement KKR (Kohlberg, Kravis Roberts & Co Ltd).

Le montant de l’opération est conforme aux prévisions: France Télécom encaissera 3,3 milliards d’euros grâce à cette opération, soit un prix de cession par action de 22 euros. Ce qui valorise l’entreprise à 6,1 milliards d’euros. Un complément de prix de 0,6 euro par action, soit un total de 90 millions d’euros pour France Télécom, sera versé par KKR s’il obtient plus de 95% du capital et des droits de vote de PagesJaunes Groupe à l’issue de la garantie de cours qu’il a l’intention de lancer après l’acquisition de la participation de France Télécom au capital de PagesJaunes Groupe. Dans un communiqué, l’opérateur historique précise que KKR “propose de poursuivre la stratégie de PagesJaunes Groupe avec son équipe de direction tout en capitalisant sur l’expertise et le savoir-faire de ses salariés”. Un point de vue qui n’est pas partagé par les syndicats. Sud PTT a dénoncé ce projet de cession affirmant que les “3.600 salariés” du groupe avaient “tout à craindre” de cette opération. Cette offre sera soumise au Conseil d’administration de France Télécom le 26 juillet et fera l’objet d’une consultation des comités d’entreprise concernés. En juin dernier, France Télécom a officiellement annoncé son intention de se séparer de sa participation de 54% dans Pages Jaunes. Pourtant rentable (Pages Jaunes a enregistré en 2005 une augmentation de 22% de son bénéfice net à 261,7 millions d’euros), cette filiale ne correspond plus au nouveau positionnement de l’opérateur historique. Reste à savoir ce que France Télécom fera de cet argent: selon des analystes interrogés par l’agence AFX, l’opérateur historique pourrait en profiter pour procéder à des acquisitions, par exemple les minoritaires de sa filiale belge Mobistar. Plus simplement, il pourrait l’utiliser pour parvenir à ses objectifs financiers. Si au départ, pas mal de candidats se sont montrés intéressés, la valorisation de PagesJaunes en a fait fuir plus d’un. Outre Vivendi, les fonds de capital d’investissement Axa Private Equity, BC Partners, PAI Partners et Apax Partners, ont abandonné le dossier. À la mi-juillet, il ne restait plus que deux offres, celle de Texas Pacific Group et du consortium composé de Kohlberg Kravis Roberts (KKR) et de la branche de capital-investissement de Goldman Sachs. PagesJaunes a fait état d’un bénéfice net de 131,5 millions d’euros (+9,5%) au premier semestre, d’un résultat d’exploitation de 194,7 millions (+8,2%), d’une marge brute opérationnelle de 209,2 millions (+2,8%) et d’un chiffre d’affaires de 512,4 millions (+6,4%). Mais ses prévisions ont déçu avec des prévisions revues à la baisse. La nouvelle concurrence sur le marché des renseignements explique ce pessimisme. Notons également que France Télécom a annoncé ce lundi la vente pour 60 millions d’euros de FTMSC (France Télécom Mobile Satellite Communications) à Apax (lire notre article).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur