Paiements en ligne: la fraude passe le cap des 35 millions d’euros

Sécurité

Le phishing ou hameçonnage aggrave encore la donne. En conséquence, le rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement met en exergue une augmentation des fraudes sur les paiements en ligne

La fraude totale relative aux paiements et aux retraits effectués dans les systèmes français représente en 2005 un montant global de

235,9 millions d’euros. Ce montant est le plus bas enregistré depuis la création de l’Observatoire et s’inscrit en baisse de 2,3 % par rapport à 2004. Rapportée au montant global des transactions par carte, estimé à 370 milliards d’euros, cette baisse se traduit par un taux de fraude qui s’élève à seulement 0,064 %, contre 0,070 % en 2004 et 0,086 % en 2003. Le montant de la fraude pour les transactions internationales (transactions mettant en ?uvre des cartes françaises à l’étranger ou des cartes étrangères en France) reste stable à 138 millions d’euros. En raison de l’augmentation du montant total des transactions, le taux de fraude sur les transactions internationales diminue légèrement, passant de 0,417 % en 2004 à 0,408 % en 2005. Il demeure néanmoins très sensiblement supérieur à celui constaté en 2005 pour les transactions nationales qui est, à 0,029 %, à son plus bas niveau depuis la création de l’Observatoire. Concernant les paiements à distance (dont le Net) le montant total de la fraude atteint 35,8 millions d’euros. Soit seulement 15% des paiements frauduleux recensés par l’Observatoire. Il faut préciser que l’institution en charge de la surveillance des transactions ne dispose pas encore des outils adéquats pour étudier les transactions menées sur la Toile. Dans son document l’Observatoire donne une explication à cette augmentation de la fraude “il y a un accroissement simultané de la fraude sur les transactions nationales et sur les transactions réalisées avec des cartes françaises auprès d’accepteurs étrangers”. Le montant moyen d’une transaction frauduleuse, en hausse en 2005, s’établit à 111 euros, contre 105 euros en 2004. Méthodologie de l’étude

Les données fournies à l’Observatoire par les émetteurs portent ainsi sur 325,4 milliards d’euros de transactions réalisées en France et à l’étranger à l’aide de 51,2 millions de cartes de type « interbancaire » émises en France (dont un peu moins de 1 million de porte-monnaie électroniques), sur 23,2 milliards d’euros de transactions réalisées (principalement en France) avec 27,2 millions de cartes de type « privatif », et sur 19,9 milliards d’euros de transactions réalisées en France avec des cartes de paiement étrangères.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur