Palaiseau abandonne le cuivre au profit de la fibre optique

Réseaux
Palaiseau fibre optique (crédit photo © Lim ChewHow - shutterstock)

En 2014 au plus tard, Palaiseau sera la première ville de France à bénéficier d’une infrastructure de communication 100 % fibre optique.

Palaiseau va devenir la première ville de France 100 % reliée en fibre optique. Claire Robillard, maire de Palaiseau, François Lamy, ministre délégué chargé de la Ville, sa collègue Fleur Pellerin, à l’Économie numérique, et le PDG d’Orange/France Télécom Stéphane Richard ont inauguré, la semaine dernière, le lancement de l’expérimentation visant à basculer la ville sur un réseau de communication tout optique et de rompre définitivement avec le vieillissant réseau cuivré.

Fini l’ADSL, donc. L’expérimentation profitera tant aux particuliers qu’aux entreprises, professionnels et administrations. Ils bénéficieront ainsi des communications très haut débit (de l’ordre de 100 Mbit/s dans un premier temps). Selon le calendrier présenté, l’ensemble des Palaisiens aura accès à la fibre. La migration définitive vers le tout optique est attendue pour 2014.

Observer les modalités du passage vers le tout optique

Cette expérimentation permettra donc d’appréhender les difficultés et risques éventuels à adopter une infrastructure de communication de nouvelle génération. Si le basculement de la paire de cuivre à la prise optique ne devrait pas poser de problèmes techniques pour les 16.000 résidences (sous couvert que les syndics votent dans les temps le déploiement vertical de la fibre jusqu’aux logements), la question se pose pour les entreprises.

Nombre d’entre elles utilisent potentiellement des applications qui s’appuient sur des protocoles non supportés par les technologies optiques. L’expérimentation de Palaiseau sera l’occasion de déterminer la stratégie pour basculer les applications en question des réseaux cuivres (xDSL, lignes spécialisées, etc.) sur la technologie optique.

« Cette expérimentation avec la ville de Palaiseau est une étape importante, résume Stéphane Richard. Elle sera riche d’enseignements ; avec l’ensemble du secteur, nous allons pouvoir observer avec pragmatisme les modalités du passage d’un réseau en cuivre vers un réseau 100 % fibre. »

Accélérer la fin du cuivre

C’est Orange qui aura en charge le chantier, budgétisé à hauteur de 13 millions d’euros. Un chantier initié dans les faits en avril dernier avec le déploiement de la fibre optique sur le plateau de Saclay. Si Orange déploie, le réseau sera néanmoins ouvert aux opérateurs concurrents qui pourront s’appuyer sur la nouvelle infrastructure pour proposer leurs offres d’accès aux utilisateurs finaux.

Selon les retours, l’expérimentation pourrait ouvrir la voie à l’établissement d’un éventuel calendrier fixant une date pour sortir définitivement du réseau cuivre actuel. Une telle échéance donnerait une visibilité claire aux investisseurs toujours tirés, aujourd’hui, par la rentabilité effective de l’infrastructure plus que par l’onéreuse fibre dont les avantages en matière d’usages peinent à s’imposer face à l’ADSL.

Une impulsion qui permettrait peut-être à la France de respecter l’échéance de 2022 fixée par Fleur Pellerin pour finaliser le déploiement du très haut débit sur la totalité du territoire.

Crédit photo © Lim ChewHow – Shutterstock


Voir aussi
Dossier Silicon.fr – Futur en Seine 2012 : la grande fête du numérique, en images


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur