PalmSource veut être le leader des OS pour mobiles

Régulations

Déjà numéro un dans les systèmes d’exploitation pour PDA, l’éditeur compte faire sa place dans le marché des mobiles. Rencontre avec son p-dg

On a le sourire chez PalmSource, l’éditeur de systèmes d’exploitation (OS) pour appareils mobiles et communicants. L’entreprise, sur le point d’être séparée de PalmOne (le fabricant de PDA), devrait prochainement faire son entrée en bourse. Son PalmOS équipe une grande majorité d’assistants personnels. Et dans le marché juteux des téléphones mobiles intelligents (smartphones), le groupe vient de lancer avec Orange et Handspring un mobile/PDA tournant avec son OS.

Car c’est bien sur ce marché des mobiles intelligents que PalmSource veut mettre le paquet. “Nous voulons être le numéro un dans le marché des OS pour mobiles. Compte tenu des perspectives de développement de ce secteur, c’est notre priorité”, explique simplement David Nagel, p-dg du groupe, en visite à Paris. L’avenir sourit aux audacieux mais pour PalmSource, le chemin à parcourir reste encore long. Si le logiciel de l’entreprise occupe selon l’éditeur 95% du marché américain (norme CDMA), en zone EMEA (Europe, Afrique, Moyen-Orient) la situation est très différente avec 19% du marché (source Canalys). En Europe principalement, c’est le consortium Symbian (composé de Nokia, Sony Ericsson, Samsung…) qui rafle tout avec une part de marché de 53%. Marché ouvert “Il y a encore beaucoup de travail à faire en Europe”, concède le PDG. “Mais notre présence va bientôt être renforcée par de nouveaux partenariats. Et c’est vrai que les choses évoluent très vite dans ce marché. Il y a quelques jours, Motorola, le deuxième constructeur mondial de mobiles quittait Symbian. Une aubaine pour la concurrence. “Nous avons eu des discussions avec eux”, révèle David Nagel. Mais l’américain a préféré se tourner vers un autre américain, Microsoft et son OS WindowsMobile. La firme de Redmond n’entend pas laisser passer le coche des smartphones et grapille très doucement des parts de marché (24%) à Symbian. La guerre est donc déclarée entre Symbian, Microsoft et PalmSource dans ce secteur de smartphone qui apparaît de plus en plus stratégique (sa croissance ne fait que commencer) et surtout ouvert. Le départ de Motorola de Symbian montre que rien n’est encore définitif. D’autres OS comme Linux peuvent faire leur entrée. Pour PalmSource, il ya donc un grand coup à jouer notamment face à un Microsoft contre qui il bataille quasiment à armes égales. Les autres cibles de PalmSource

Si les smartphones représentent désormais une priorité, l’éditeur veut également renforcer sa présence dans d’autres types d’appareils mobiles. Il s’agit avant tout des consoles de jeux portable. Le groupe annonce ainsi équiper Zodiac (de PalmOne) un PDA/console de jeux qui se poserait en concurrent de la N-Cage de Nokia équipée de Symbian.

En outre, PalmSource compte attaquer le marché des localisateurs GPS. Un secteur en pleine croissance selon l’entreprise. Un modèle fabriqué par le géant du secteur, Garmin, et tournant sous PalmOS devrait être commercialisé en 2004.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur