Pour gérer vos consentements :
Categories: Poste de travail

Panasonic joue la continuité avec son scanner KV-S1065C

Panasonic renforce sa position dans la course à la dématérialisation avec un nouveau scanner professionnel, le KV-S1065C. Derrière ce nom se cache un dispositif essentiellement destiné aux moyennes entreprises.

D’un gabarit comparable à celui d’une petite imprimante (32 x 21 cm pour quelque 4 kg), le KV-S1065C embarque un chargeur de 75 feuilles et affiche une cadence de 60 pages A4 par minute en 200 points par pouces (résolution maximale : 600 ppp), aussi bien en noir et blanc qu’en couleur. Panasonic axe son offre sur la productivité et l’optimisation des tâches répétitives, à l’appui d’un ensemble de technologies destinées à parer toute éventualité d’une rupture du workflow.

Ainsi, les feuilles écornées ou en mauvais état font l’objet d’un traitement de faveur, notamment au niveau des images : lorsque l’appareil détecte une numérisation qui lui semble incomplète, il suspend le processus et laisse à l’utilisateur tout loisir d’opérer les ajustements nécessaires ou d’ignorer l’avertissement, sans jamais interrompre la procédure d’acquisition. S’y adjoint un commutateur de reprise de l’alimentation papier pour améliorer la gestion des documents accolés, typiquement des feuilles volantes surmontées de post-it ou des enveloppes.

Pour les plus petits formats, tout particulièrement les cartes de visite, la vitesse d’éjection est réglable afin de laisser à l’usager le temps de rassembler les éléments scannés (pas de compartiment de récupération). De même, les documents longs (plusieurs pages), ultra-fins ou constitués de matériaux composites (carton, papier sans carbone, etc.) sont pris en charge. L’implémentation de rouleaux d’entraînement indépendants contribue à faciliter l’éventuel remplacement de pièces.

Un écosystème logiciel intégré

Logé à même le micrologiciel du KV-S1065C, la suite d’outils Image Capture Plus gère huit formats de sortie pour les fichiers numérisés, notamment les PDF. Moyennant l’installation de composantes annexes livrées sur CD-Rom, il est possible d’accéder à un éditeur de fichiers pour mettre en avant certains éléments graphiques, optimiser la luminosité et le contraste, pivoter automatiquement les images, adoucir l’arrière-plan ou encore réorganiser les pages.

Dicom et Spigraph distribuent ce produit en Europe, pour des tarifs variables selon que la solution est livrée « nue » ou clés en main.

Si Panasonic semble arriver sur le tard, ces 60 pages par minute suffisent à soutenir bien plus que la comparaison avec des scanners tels les Scanmate de Kodak ou la série P de Canon, relativement onéreux et pauvres en fonctionnalités. Concurrent dans une moindre mesure, Sagemcom ne joue pas tout à fait dans la même cour avec sa Demat’Box, mais l’innovation dont relève le concept mérite mention.

Crédit photo : Panasonic

Recent Posts

Quand le candidat IT idéal n’est pas celui que vous croyez

L'usage de "deepfakes" et d'informations d'identification personnelle volées progresse chez les candidats et usurpateurs patentés…

4 heures ago

Roaming : le menu dans l’Union européenne jusqu’en 2032

La nouvelle régulation sur l'itinérance mobile dans l'UE est entrée en application. Quelles en sont…

4 heures ago

Vers une régulation européenne des cryptoactifs : quelles bases technologiques ?

Les colégislateurs de l'UE ont trouvé un accord provisoire sur trois propositions de règlements touchant…

7 heures ago

Google Cloud ouvre sa région France

Google Cloud dispose d'une région France lancée commercialement fin juin. Une étape indispensable pour lutter…

10 heures ago

Pourquoi FedEx bascule des grands systèmes au cloud

Le transporteur américain FedEx va fermer les 20% restants de ses mainframes dans les deux…

11 heures ago

Cloud de confiance : quelle feuille de route pour S3NS, la coentreprise Google-Thales ?

Sous l'ombrelle S3NS, Google et Thales esquissent une première offre en attendant celle qui visera…

1 jour ago