Cloud : les entreprises migrent en ignorant le risque de panne

Cloud

6 entreprises sur 10 migrent données et systèmes dans le Cloud sans évaluer pleinement le coût d’une interruption de service, selon Veritas.

Les entreprises anticipent peu l’impact d’une interruption de service Cloud, malgré le risque, rapporte Veritas dans une étude (The Truth in Cloud).

L’enquête a été commandée par l’éditeur de solutions de gestion de données multi-cloud au cabinet Vanson Bourne. En 2017, ont été interrogés 1200 décideurs métiers et responsables IT sur douze marchés : France, Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, États-Unis, Canada, Brésil, Chine, Japon, Corée du Sud, Singapour, Australie/Nouvelle-Zélande.

Premier constat : 99% des responsables informatiques déclarent que leur entreprise va opérer une migration dans le Cloud dans les 12 à 24 prochains mois. 27% prévoient même d’externaliser l’ensemble de leur infrastructure informatique dans le Cloud public.

Malgré cette adoption large, 60% des répondants (65% en France) n’ont pas pleinement évalué le coût d’une interruption de service pour leur entreprise. Et ce alors même que la durée des interruptions peut varier du simple au double.

Ainsi, 36% des répondants (41% en France) estiment à moins de 15 minutes par mois la durée totale des interruptions de service. Mais 31% (20% en France) disent avoir déjà fait face à des durées d’interruption deux fois plus importantes (31 minutes ou plus).

Fournisseur et donneur d’ordre responsables

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) s’appliquera à partir du 25 mai à toutes les entreprises qui collectent ou traitent des données à caractère personnel sur les résidents de l’Union européenne. Pourtant, 69% des répondants pensent que la responsabilité incombe en priorité à leurs fournisseurs de services Cloud en cas de panne.

« Les organisations appréhendent mal l’ampleur d’une panne Cloud et le fait que la restauration soit une responsabilité commune au fournisseur de services Cloud et à l’entreprise » cliente, a déclaré Mike Palmer, vice-président et chef de produit de Veritas. Or, si les fournisseurs de services Cloud s’engagent sur des niveaux de services, ceux-ci ne concernent généralement que la couche infrastructure, a-t-il ajouté par voie de communiqué.

Or, selon lui, ne pas estimer l’ampleur et l’impact d’une panne du Cloud sur l’activité est un risque que peu d’entreprises peuvent supporter.  Pourtant, insiste Veritas, le risque peut être réduit en adoptant une approche multi-cloud des projets.

Lire également :

Cybersécurité cloud : CyberArk acquiert Vaultive

Enquête Markess : le marché du Cloud associé à des freins juridiques

(crédit photo © Shutterstock)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur