Panne informatique à la SNCF: débuts d’explications

Sécurité

La panne qui touche les guichets de vente de la SNCF semblait être réparée. Une mise à jour d’applications Microsoft serait-elle en cause?

Toutes les explications ont été vérifiées: virus, attaque distante, piratage, ou simple bug? Jusqu’à ce dimanche soir personne à la SNCF n’était encore capable de fournir une explication précise sur la gigantesque panne informatique qui a touché les guichets de vente de billets jeudi 15 juillet.

Plus de 30 heures après la panne, une explication tombe: il s’agirait d’un problème de transmission entre ordinateurs et serveurs et non un virus ou un problème logiciel, a expliqué la SNCF à l’AFP. Mais la raison exacte du plantage reste inconnue. Le système informatique baptisé Mosaïque commence à être installé en 1999. Il repose sur un ensemble d’ordinateurs de gestion et stockage, situé à Lille, qui utilise largement le logiciel Windows Servers de Microsoft. L’AFP révèle que la SNCF avait entrepris cette semaine de mettre à jour le logiciel sur un certain nombre d’ordinateurs. Une mise à jour responsable de la panne? Il est encore trop tôt pour accabler (encore une fois) Microsoft. Du côté de la firme, on indique travailler en étroite relation avec la SNCF pour identifier et régler le problème. Toutes les gares de France ont été touchées par cette panne survenue en pleine période de départs en vacances et qui a provoqué “essentiellement des files d’attentes plus longues sur les automates”, selon le porte-parole de la SNCF. Vendredi matin, le système fonctionnait de nouveau “dans toutes les gares de Paris” mais avec l’ancienne version. Par mesure de sécurité, la SNCF a réduit le nombre de postes de vente en activité à 2.800 sur un total de 4.400. La priorité a été donnée aux grandes gares, comme la gare Montparnasse et la gare de Lyon à Paris, mais tous les guichets n’y sont pas ouverts.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur