Pas de généralisation des disques SSD avant plusieurs années

Réseaux

Selon un analyste d’Objective Analysis, les disques durs à mémoire ‘flash’ ne devraient décoller qu’à partir de 2013. Vraiment?

Selon un analyste, l’utilisation massive des disques SSD (solid state drive) à base de mémoire Flash pourrait prendre jusqu’à cinq ans. Jim Handy, d’Objective Analysis, pense que les disques durs à base de puce ne seront massivement utilisés dans les ordinateurs portables que d’ici trois à cinq ans.

« Nous demeurons sceptiques en ce qui concerne l’adoption rapide des SSD à base de mémoire Flash« , a-t-il déclaré.« Les mémoires Flash ont rencontré un certain succès pour le remplacement des disques durs traditionnels dans les applications nécessitant une capacité fixe, mais les utilisateurs de PC et d’ordinateurs portables demandent, et devraient poursuivre dans cette voie pendant un moment, des capacités de disques durs de plus en plus importantes. »

Les premiers disques à base de mémoire Flash ont commencé à être proposés en option pour les ordinateurs portables en 2007. Des fabricants tels que Apple ou Dell proposent des SSD sur certains ordinateurs portables vendus entre 900 et 1.300 dollars.

« Les SSD sont environ 20 fois plus chers que les disques durs de capacité équivalente, un rapport qui devrait vraisemblablement demeurer constant dans les années à venir », indique Jim Handy. Mais le surcoût n’en demeure pas moins récompensé. Outre une plus grande durée de vie, les SSD ne disposent d’aucune pièce mobile (moins d’endommagement), consomment moins d’énergie et offrent des débits beaucoup plus rapides que les disques durs.

Toutes ces performances permettent de réduire considérablement les temps de démarrage et de chargement tout en améliorant l’autonomie de batterie. Mais selon l’analyste, le gain de performances ne compense pas la perte de capacité et la différence de prix.

« Sur le plan économique, il est préférable de bien faire le tour de la question lorsqu’il s’agit d’évaluer les mérites et revendications relatifs concernant les performances du SSD », ajoute-t-il. Le point de vue de Jim Handy est partagé. Les dirigeants de HP ont indiqué le mois dernier qu’ils ne pensaient pas que le SSD offrirait des capacités suffisantes à un prix suffisamment attractif pour séduire les utilisateurs avant au moins 2010.

Faudra-t-il attendre aussi longtemps… Pas sûr! N’est-ce pas aller un peu vite en besogne que d’affirmer de tels délais?…Tout d’abord, un disque dur 2,5 pouces de 40 Go coûte 36 €, contre 150 € pour de la mémoire ‘flash’. Le rapport n’est donc pas 1 à de 20, mais serait plutôt de 1 à 4,2.Selon une source crédible au Japon, le prix des puces de 32 Go sera divisé par 4 avec l’arrivée très prochaine de puces de 128 Go (qui coûteront le prix des actuels ‘chips’ de 32 Go). Bref, le prix au gigaoctet des SSD pourrait être le même que celui des disques de 2,5 pouces, avec une taille plus réduite.Les disques classiques seront également tarifés au giga-octet, donc assez vite à la baisse. Mais, a priori, cette baisse sera nettement plus lente. Les disque conventionnels conserveront un avantage sur le créneau des hautes capacités. Alors, serait-ce une annonce biaisée? David Feugey

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur