PC ‘desktop’ versus portables: de la TSF au transistor…

Régulations

Les ventes de PC portables viennent de dépasser celles des ‘desktops’! Enfin! Enfin?-ne nous réjouissons pas trop vite

L’événement ne ?frappe’ que les Etats-Unis pour l’instant. Pour le reste du monde? -comme disent les constructeurs de là bas-, ça arrivera dans les 5 ans… Vraiment?

Le PC de bureau, comme on l’appelle toujours, est l’équivalent de la TSF en bois de mon arrière-grand-père. Cette TSF, achetée en 1931, était manipulée par une seule personne de la famille. Lourde, imposante, on lui doit beaucoup. Et sans elle, nous n’aurions jamais connu les transistors, les auto-radios ou autres radio-réveils? Lourd, imposant, et caché… Bref, le PC tel que nous le connaissons aujourd’hui est toujours à l’état de la TSF. Dans l’environnement domestique, il est encore majoritairement lourd, imposant et bien souvent géré pour les mises à jour, les installations et les paramétrages par une seule personne -l’expert de la maison… Ce PC nécessite un endroit spécifique, voire un meuble, pour le mettre en valeur ou pour le cacher des regards. Il est attaché à une prise « Internet » et reste complexe avec tous ses fils et câblages d’alimentation électriques qui l’entourent. Les vertus du transistor Pour les plus jeunes, le composant électronique ?ou transistor? a permis de créer des postes de radio sans fil, autonomes, qui ont marqué les années 60, avec la vague des émissions radio mythiques, du « Jeu des mille francs » à « Salut les copains ». Aujourd’hui les récepteurs radio sont nombreux: les Français en possèdent 6,4 exemplaires par foyer! Les récepteurs radio fixes existent encore, je pense aux chaînes hi-fi et à certains radio-réveils. Tous les autres sont très petits, dédiés à une fonction (radio-réveil, baladeur, autoradio?) et/ou à un lieu. La plupart des portables actuels sont des équivalents des transistors des années 60. Ils intègrent toutes les fonctions des PC, mais sont peu autonomes et plus chers que les PC de bureau. Autonomie et communication Les portables actuels souffrent d’un manque d’autonomie et d’un manque de communications à haut débit sans fil. L’arrivée de la nouvelle génération de portables à base d’Intel Centrino montre la voie: légèreté, autonomie doublée voire triplée, liaison sans fil Wi-Fi intégrée? Bien entendu, certains diront « -Oui, mais les pocket PC ou les Palm sont de véritables ordinateurs, légers, autonomes?». Certes mais, pour les pockets PC notamment, le prix est totalement disproportionné par rapport à leur usage réel! Eh oui, aujourd’hui un Pocket PC est plus cher qu’un PC d’entrée de gamme, son ergonomie douteuse et son autonomie absolument pas au rendez-vous. Il faut dire qu’en essayant de faire des appareils de poche aussi polyvalents qu’un PC, on passe sans doute à côté d’une réelle bonne idée. Mais les usages, outre les agendas, répertoires et lecteurs MP3, sont encore très balbutiants. Où est la « killer application » des pockets PC? On reste sur des marchés verticaux ou élitistes. On est donc loin du transistor des années 60! Vers l’intégration Les portables et ultra-portables représenteront rapidement plus de 50% des quantités vendues sur le marché des PC. Mais on assistera à l’intégration de certaines fonctions (multimédia, communication) dans des appareils connus: caméscope, téléphone, autoradio? et on voit également arriver, sur le marché, des produits plus simples, plus autonomes et moins chers, dédiés à une fonction. Ces périphériques ou compagnons communiquent avec le PC et Internet. La vision du PC au centre de tout est en train d’évoluer. Heureusement ! pminguet@club-internet.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur