PC : l’euphorie est (bientôt) terminée

Les tensions géopolitiques, l’inflation et les incertitudes sanitaires pèsent sur le marché mondial du PC, prévient IDC. Selon les plus récentes prévisions du cabinet américain d’études, 321,2 millions d’unités seraient vendues dans le monde sur l’ensemble de l’année 2022. Les ventes en volume de PC reculeraient ainsi de 8,2% par rapport à leur niveau de 2021.

Malgré ce repli anticipé, les ventes mondiales d’ordinateurs personnels (desktops, notebooks et stations de travail) resteraient bien supérieures à leur niveau pré-pandémique.

La demande « business to business » (B2B) demeure élevée. En revanche, les segments grand public et éducation réduisent la voilure. Et ce après deux années de croissance portée par la bascule massive vers l’enseignement à distance et le divertissement en ligne.

Des perspectives contrastées

En dépit du retour attendu d’une dynamique positive en 2023, le marché PC reculerait en moyenne de 0,6% par an sur la période 2021-2026. La contraction de la demande serait plus marquée encore sur le marché des tablettes (-2% en moyenne chaque année d’ici 2026).

Qu’en est-il des fabricants et de leur écosystème ?

Les principaux fournisseurs mondiaux de PC profitent encore de la forte demande d’entreprises qui adaptent leur parc au travail hybride (à distance et en présence). Ils bénéficient par ailleurs de l’engouement des économies émergentes.

Dans ce contexte, la plupart des multinationales du marché ont publié le mois dernier des résultats financiers supérieurs aux attentes d’analystes.

Toutefois, Lenovo, HP et Apple redoutent que leurs revenus à venir soient impactés par les perturbations en cours de la chaîne d’approvisionnement.

« Le déficit d’approvisionnement a longtemps tracassé l’industrie et les récents confinements dans certaines parties de la Chine exacerbent le problème. Les usines peinent à recevoir de nouveaux composants de fournisseurs en amont. Elle sont aussi confrontées en aval à des problèmes d’expédition de produits finis », a déclaré Jitesh Ubrani, directeur de recherche chez IDC. Selon lui, les restrictions sanitaires pourraient être révisées à moyen terme. En revanche, les difficultés d’approvisionnement devraient persister dans les mois à venir.

(crédit photo © Shutterstock)