PeopleSoft: David Duffield, président fondateur, s’en va

Cloud

David Duffield s’était abstenu lors du vote de la fusion avec Oracle. Un faux pas fatal?

David Duffield, fondateur et président de PeopleSoft a annoncé le 21 décembre dernier son départ, une semaine après l’annonce du rachat de l’éditeur de logiciels professionnels par Oracle.

Le groupe n’a pas donné les motifs de cette démission dans le document officiel. Un porte-parole, Steve Swasey, a également refusé tout commentaire. Ce départ peut étonner. En effet, Duffield, 63 ans, avait repris le poste de p-dg le 1er octobre dernier après l’avoir déjà occupé entre 1987, année où il a co-fondé l’entreprise, et 1999. Ce retour aux commandes avait été avalisé par son conseil d’administration désireux de se séparer de Craig Conway. L’ex-p-dg était un opposant virulent à la tentative d’OPA lancée en juin 2003 par Oracle, jusqu’à être soupçonné au sein même de sa direction d’avoir embelli certains communiqués de PeopleSoft pour mieux justifier la résistance. La nomination de David Duffield apparaissait comme un signe de modération et d’ouverture envers Oracle. Mais selon certaines sources, David Duffield s’est abstenu lors du vote du conseil d’administration disant finalement oui à Oracle après 18 mois d’opposition. Il avait ensuite envoyé un message au personnel de PeopleSoft pour s’excuser de n’être pas parvenu à garder l’entreprise indépendante. Deux actions qui auraient irrité le nouveau propriétaire de PeopleSoft. Oracle avait de toute manière l’intention de renouveler le conseil d’administration de PeopleSoft. Ce départ intervient quelques jours avant la prise de contrôle officielle d’Oracle sur PeopleSoft. Oracle a annoncé mercredi qu’environ 75% des actionnaires de PeopleSoft lui ont apporté leurs titres et s’est assuré la majorité des sièges au conseil d’administration. La période initiale de souscription de l’offre de l’éditeur américain de progiciels sur son rival a expiré à minuit, et la transaction doit être bouclée le 4 janvier prochain, a précisé Oracle dans un communiqué. PeopleSoft n’a pas dit s’il comptait nommer un nouveau p-dg d’ici là. Le conseil d’administration de PeopleSoft a fini par accepter le rachat du groupe par Oracle il y a deux semaines pour 10,3 milliards de dollars, après 18 mois de bataille acharnée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur