Philips va supprimer 1.600 postes

Cloud

Le plan social touchera la branche médicale du géant néerlandais

En octobre dernier, Philips avait prévenu : la crise pousserait le groupe à prendre des mesures“pour préserver sa rentabilité”. Il faut dire qu’au troisième trimestre, le géant batave rate d’assez loin le consensus avec un Ebit de 37 millions d’euros et un Ebita de 128 millions, contre des attentes de 92 millions pour le premier et de 168 millions pour le second.

Surtout, le segment médical, habituellement stable, inquiète. “Aux Etats-Unis, le financement des hôpitaux est très dépendant des marchés financiers. Avec la poursuite de la crise économique, nous ne savons pas combien de temps cette situation va durer”, a expliqué le directeur financier Pierre-Jean Sivignon.

C’est donc sans surprise que Philips a annoncé la suppression de 5% des effectifs de cette branche, soit 1.600 emplois.

“Nous voulons prendre des mesures qui nous permettront, même dans une période où l’économie est moins forte, de garder nos marges de profit à niveau et de même les améliorer là où c’est possible”, a expliqué Arent Jan Hesselink le porte-parole du groupe.“Nous voulons être préparés le mieux possible pour affronter les effets d’une baisse de la croissance économique ou même d’une récession, que beaucoup de gens voient arriver”, a-t-il précisé.

“La prochaine étape va être que nous allons regarder qu’est-ce qui doit arriver, et où. Nous devons négocier cela avec les gens concernés”, a précisé le porte-parole, sans dire si les suppressions d’emplois se feraient sur la base de départs volontaires ou non.

En tout cas, cette restructuration n’empêche pas Philips de procéder à des acquisitions dans ce secteur, notamment dans les pays émergents. Le groupe a ainsi annoncé le rachat de l’indien Meditronics, spécialiste de matériel à base de rayons X. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur