Phone House: nouvel opérateur mobile virtuel avec Orange

Régulations

L’enseigne spécialisée en téléphonie va lancer une offre régionale ‘low-cost’

Et de deux. Après Debitel qui lance cette semaine son offre de téléphonie mobile en utilisant le réseau de SFR, c’est au tour de The Phone House de devenir le deuxième opérateur virtuel français (MVNO) avec Orange cette fois.

Les discussions entre les deux groupes duraient depuis des mois. Aujourd’hui, l’accord est bouclé: The Phone House louera le réseau d’Orange pour commercialiser ses propres offres, sous sa marque, distribuées dans son réseau de distribution: 176 points de vente en France. La filiale du britannique Carphone Warehouse proposera, comme Debitel avec SFR, des services ciblés. Pas question de se gêner les uns les autres. L’offre sera donc régionale et viserait dans un premier temps la Bretagne sous la marque Breizh Mobile. Phone House annonce également que ces offres régionales seront ‘low cost’ (à très bas tarifs) afin de se démarquer de la concurrence. Mais on ne connaît pas encore la grille tarifaire de l’opérateur virtuel. La prolifération des opérateurs virtuels répond notamment à une exigence du gouvernement pour rendre le marché de la téléphonie mobile plus concurrentiel. En effet, Orange et SFR se partage près de 80% du marché, une situation qui permet de maintenir des tarifs anti-concurrentiels. Pour autant, l’arrivée de Debitel par exemple n’a pas suscité l’enthousiasme. Dans un communiqué, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir salue “cette première avancée” mais regrette une “portée limitée de l’accord”. Et d’ajouter: “Nous ne voulons pas d’opérateurs virtuels alibis. Nous demandons le cas échéant à l’ART (le régulateur des télécoms, NDLR) de contraindre Orange et Bouygues à laisser entrer d’autres MVNO susceptibles de réellement dynamiser la concurrence. Cette offre ne va pas révolutionner le manque de concurrence dans le secteur. C’est un petit pas”. Debitel en effet ne vise que 100.000 abonnés la première année. Même réaction de la part du trublion Tele2 qui dénonce depuis plusieurs semaines les prix du marché. “Où est l’innovation?, s’interroge Jean-Louis Constanza, directeur général de Tele2 France. “Les tarifs sont comparables à ceux qui existent. Cette offre ne va donc rien apporter au marché”. Enfin un analyste cité par La Tribune, explique qu’“il y a fort à parier que ces MVNO ne parviendront pas à prendre des parts de marché significatives aux opérateurs installés et que leur impact sur le retard de la pénétration de la téléphonie mobile en France sera limité. Tout le contraire de l’objectif du gouvernement. Et ensuite?

Selon plusieurs sources, SFR pourrait accueillir un second opérateur virtuel, il s’agirait de Corolis. Une offre spécialisée pour les entreprises pourrait voir le jour à la rentrée.

Du côté de Bouygues, hostile aux opérateurs virtuels, un accord avec Neuf Télécom semble envisageable. Là encore, une offre pour les entreprises serait dans les cartons.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur