Phoronix compare l'Ubuntu, FreeBSD et… OpenSolaris

Logiciels

L’Ubuntu affiche d’excellents résultats. Pour FreeBSD, ils demeurent très constants. Enfin, OpenSolaris a du potentiel, mais souffre d’une version dépassée de son compilateur GCC

Notre confrère Phoronix a comparé les performances de trois poids lourds du monde Unix open source : – la distribution Linux Ubuntu 8.10 64 bits,

– FreeBSD 7.1 bêta 2 64 bits

– OpenSolaris 2008.11 RC2

. Les tests ont été effectués sur un système biprocesseur pourvu de deux AMD Opteron 2356 (soit un total de huit cœurs), de 4 Go de mémoire DDR2 ECC, de 160 Go de disque dur et d’une carte graphique ATI FireGL V8600.

Les résultats sont intéressants à plus d’un titre. Pour les tâches de compression, l’Ubuntu prend systématiquement la tête du classement, OpenSolaris arrive devant FreeBSD, mais uniquement lorsque les accès disques sont intensifs. Même constat pour les opérations de chiffrement. Ubuntu reste en tête, hormis pour certains tests où OpenSolaris montre une nette supériorité. A noter que les résultats de FreeBSD sont très consistants.

Les opérations sur le système de fichiers consacrent OpenSolaris comme grand vainqueur, aussi bien pour les créations et lectures que les suppressions de fichiers. Sun Microsystems peut dire merci à l’excellent ZFS.

FreeBSD est bon second, mais s’écroule sur les tâches de suppressions de fichiers. Une faiblesse de l’UFS. Enfin, les performances de l’Ubuntu sont bonnes, mais en retrait. Nous touchons là les limites du système de fichiers EXT3.

Les tests synthétiques évaluant la performance du processeur sont significatifs : FreeBSD s’en sort avec les honneurs, une courte tête devant l’Ubuntu. OpenSolaris est ici clairement à la traîne.

In fine, ces résultats sont plutôt cohérents : sous OpenSolaris, le code s’exécute nettement plus lentement que sous les deux autres plates-formes. Toutefois, le système de fichiers ZFS rattrape largement le coup.

Les fondations d’OpenSolaris semblent donc capables de tirer la quintessence du système de test. Or, ce n’est pas le cas du code compilé pour cette plate-forme.

Pourquoi cette différence ? Il convient de noter qu’OpenSolaris est compilé avec les outils de Sun (gratuits, mais non disponibles sous licence open source), alors que Phoronix a utilisé le GCC pour ses tests. Malheureusement, le GCC n’est disponible qu’en version 3.4.3 sous OpenSolaris, alors que l’Ubuntu et la FreeBSD profitent de moutures bien plus modernes (4.3.2 et 4.2.1). La communauté OpenSolaris et Sun Microsystems devront régler ce problème de toute urgence pour prendre la tête des systèmes libres de type Unix.

En conséquence, OpenSolaris est le grand vainqueur lorsque le code est compilé avec Sun Studio 12, mais se place en dernière position avec le GCC. Un choix difficile pour les puristes, qui préfèreront probablement les performances – sans concessions – de l’Ubuntu ou la consistance de la FreeBSD. Pour les autres (ceux qui pourront composer avec un outil de développement non open source) l’OpenSolaris 2008.11 reste un bon choix.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur