Pioneer dans la tourmente

Cloud

Le géant japonais de l’électronique grand public s’apprête à passer la plus grande crise de son histoire !

Jamais depuis sa création Pioneer n’avait franchi une telle épreuve. Malgré la réduction de 7% de ses effectifs, malgré la fermeture du quart de ses usines, le géant japonais s’apprête à afficher la plus lourde perte de son histoire.

Pioneer vient en effet de lancer un ‘profit warning‘. Sa prévision initiale d’une perte de 24 milliards de yens est portée à 87 milliards, ou environ 720 millions de dollars. Bien mal armé face à ses concurrents – Matsushita Electric Industrial et Samsung Electronics – le groupe a accumulé les retards sur les marchés stratégiques des téléviseurs à écran plasma et des enregistreurs de DVD. Ces marchés sont déjà eux-mêmes fort concurrentiels et accusent une guerre des prix qui n’avantage pas les challengers. Pour gagner des points de productivité, Pioneer s’est lancé dans une restructuration ‘à la hache’. Première victime, son président, contraint à quitter le navire précipitamment. Suivent les salariés, surtout hors du Japon, les principales victimes des coupes franches. Enfin, l’abandon d’activités jugées non stratégiques ou à la rentabilité douteuse, comme les enregistreurs DVD bas de gamme ou l’électroluminescence organique. Mais les restructurations, à la recherche de réductions des coûts fixes, ont un coût : 11 milliards de yens pour les licenciements, 23 milliards pour l’arrêt de certaines activités et 32 milliards pour l’ajustement de la production des écrans plasma. En revanche, rien n’indique que le recentrage sur les produits haut de gamme et de pointe portera ses fruits rapidement ? Pioneer va passer le plus mauvais moment de son histoire !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur