Piratage Chine – Etats-Unis : un pas en arrière

Sécurité

Le député républicain de Virginie, Frank Wolf fait face à la faiblesse de ses arguments

Hier encore, le temps était à l’orage dans les relations entre officiels du régime de Pékin et deux députés républicains du Congrès américain. Ces derniers accusaient la Chine d’avoir piraté des ordinateurs appartenant au Congrès en insistant sur la passivité des responsables chinois. Quelques heures après, un porte-parole du ministère des affaires étrangères réagissait. visiblement irrité, il lançait à la presse : “Où sont les preuves ?“.

Ce vendredi matin, certains experts en sécurité précisent que le fait que les attaques proviennent de l’intérieur des frontières chinoises ne garantit en rien l’implication du régime de Pékin. Peu de preuves semblent démontrer que l’attaque provienne réellement de la Chine. Pour Marcus Sachs, directeur du centre SANS, chargé de traquer les menaces émergeantes liées au piratage : Nous ne pouvons pas prouver qu’il s’agit bien d’une personne chinoise derrière l’écran avec seulement son adresse IP. C’est une chose que tout le monde doit savoir pour éviter tout raccourci“.

D’autant que le pays n’est pas reconnu pour être le réseau le plus sécurisé. Ajoutez à cela les nombreux piratages souvent lancés à partir d’adresses IP chinoises à cause du nombre important de systèmes déjà piratés dans l’Empire du Milieu. Pour preuve, la mauvaise place des noms de domaines en “.cn” dans le dernier rapport de l’éditeur McAfee. 12 % des sites hébergés en Chine sont considérés comme potentiellement dangereux à cause de la présence de spams ou du nombre important de cyber-attaques.

Devant la faiblesse de leurs arguments, les deux députés Frank Wolf de Virginie et Chris Smith du New Jersey déjà connus comme étant de fervents critiques de l’application des Droits de l’Homme en Chine, pourraient donc être allés un peu vite en besogne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur