Piratage : Mandiant et le FBI au chevet de Sony Pictures

DSIProjetsSécurité

Après l’attaque contre le SI de Sony Picture qui a paralysé le réseau pendant une semaine, la firme japonaise a demandé à Mandiant et au FBI d’enquêter sur le piratage. Les premiers soupçons se sont portés sur la Corée du Nord.

La semaine dernière, un ex-employé de Sony Pictures alertait le web d’une attaque massive contre Sony Pictures. L’opération est revendiquée par un groupe inconnu qui signe #GOP (Guardian of Peace). Outre le blocage des ordinateurs sur l’ensemble du réseau, les cybercriminels ont volé des données sensibles et ont fixé un ultimatum aux dirigeants. Le délai ayant expiré, ils ont commencé à publier certains fichiers comprenant des documents financiers, des adresses électroniques, du code source, etc.

L’attaque a été si violente que Sony Pictures a été obligé de déconnecter l’ensemble de son réseau. La presse américaine indique que la société n’a rebranché les ordinateurs que très récemment et cherche maintenant à savoir qui a perpétré cette attaque. Pour cela, elle a fait appel à Mandiant, filiale de Fire Eye, spécialisé dans les investigations en cybersécurité. Mandiant avait déjà été appelé dans l’affaire Target, victime d’un vol de données bancaires via un malware visant les lignes de caisse. Le spécialiste en investigation numérique sera épaulé par le FBI dans cette affaire, car les attaques ont débuté dans les locaux New Yorkais de la société de production cinématographique.

La Corée du Nord au banc des accusés

Pendant le week-end, des rumeurs ont circulé sur le fait que la Corée du Nord serait derrière cette exaction. Sony Pictures travaille sur un film, The interview, une comédie mettant en scène l’assassinat du dirigeant nord-coréen, Kim-Jong Un. Ce film doit sortir le 25 décembre aux Etats-Unis et au Canada, le 11 février en France. Les autorités nord-coréennes avaient saisi l’ONU pour demander des sanctions contre les réalisateurs du film accusés « de terrorisme et acte de guerre ».

Sony Pictures est resté très silencieux suite à l’attaque en évoquant simplement un problème informatique interne. Encore moins de commentaires de la part de Mandiant et du FBI. Il faudra attendre pour connaître l’ampleur du piratage.

A lire aussi :

Comptes à privilèges : la cible privilégiée des hackers


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur