Pour gérer vos consentements :

Un pirate russe aurait ciblé le système de certification de vote US

Recorded Future dit avoir découvert, le 1er décembre, qu’une vulnérabilité d’une application web de l’US Election Assistance Commission (EAC) a été exploitée. L’entreprise de sécurité informatique explique sa découverte dans un billet de blog du 15 décembre. Ce même jour, Barack Obama, président américain en toute fin de mandat, annonçait des mesures de représailles après le piratage présumé russe de la présidentielle américaine 2016. Une élection remportée par Donald Trump.

Selon Recorded Future, un pirate informatique de langue russe (surnommé « Rasputin » par la société), mais dont les liens avec un gouvernement étranger n’ont pas été établis, à ce jour, a tenté de vendre plus de 100 identifiants d’accès compromis de l’EAC, dont certains avec les privilèges administrateur. Pour exploiter la faille, le pirate aurait mené une « simple » attaque par injection SQL.

Le FBI enquête

En plus de vouloir tirer profit des données d’identification, « Rasputin » aurait également tenté de monnayer des détails concernant cette vulnérabilité non corrigée auprès d’un intermédiaire sponsorisé par un gouvernement du Moyen-Orient… Les autorités fédérales américaines ont été rapidement alertées par Recorded Future.  L’Election Assistance Commission, elle-même, a indiqué hier dans un communiqué travailler avec les autorités américaines dans le cadre de l’investigation en cours. L’accès à l’application web compromise a été bloqué, par ailleurs, indique l’agence.

Page de l’application compromise de l’EAC sur les systèmes testés (source : Recorded Future).

L’EAC a été créée en 2002 par la loi HAVA (Help America Vote Act) pour aider chaque état à organiser les élections, à travers la diffusion de bonnes pratiques. L’agence gère le système de certification volontaire de vote américain, accrédite les tests, systèmes et logiciels de vote électronique. En revanche, elle ne gère pas les élections, se sont les juridictions locales concernées qui s’en chargent.

Critiquée pour ses manquements, l’EAC peine à rassurer. L’agence a déclaré hier « ne collecter ou conserver aucune information personnelle d’électeurs. Ne pas maintenir de bases de données d’électeurs, ni stocker le total des votes ». Le FBI mène l’enquête.

Lire aussi :

Barack Obama en mode cyber-représailles contre la Russie
Piratage de campagne par la Russie : Trump n’y croit pas, Obama enquête
Pirater les machines à voter US n’est pas si difficile

crédit photo © bjmccray via Visualhunt.com / CC BY-NC-ND

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago