Pleurez en ligne… Et mangez !

Régulations

Des sites invitent les Internautes à laisser aller leur
mélancolie, leur tristesse. Une nouvelle mode pas si virtuelle

Après la thérapie du rire, celle des larmes. Sur le web, des sites émergent, qui se font l’écho d’une nouvelle mode : le pleur. C’est ce que note Il Corriere della Sera, le 27 avril dernier. Ainsi, sur www.cryingwhileeating.com, chacun peut apporter sa vidéo de pleur collectif ou individuel, mais dans tout les cas accompagné d’ingestion de nourriture. Chaque vidéo est accompagnée du motif du défoulement. Dramatique, en général. Il s’agit, par exemple, d’avoir raté la meilleure fête de l’année, ou l’angoisse du mauvais temps. Et les Internautes peuvent voter pour la vidéo la plus convaincante. Ils seraient 12 millions à s’être rendus sur le site, d’après le quotidien italien. Pleur en c?ur D’autres préfèrent pleurer collégialement. C’est pourquoi, au Royaume-Uni, www.thelasttuesdaysociety.org/?cat=3, est consacré à l’organisation de soirées de partage de mélancolie et de tristesse. Le tout dans un cadre néo-gothique décadent, où les clients peuvent larmoyer en c?ur, en écoutant du jazz et se faisant servir par des créatures à la larme dessinée sur la joue. Grâce au site, ils sont aujourd’hui 300 à se retrouver tous les mois chaque dernier mardi du mois. Mais, si en Europe cette pratique est récente et se cantonne pour l’instant à la capitale avantgardiste, elle a de solides racines en Asie. Précurseurs du site « gastromico-lacrymal » américain, les Chinois pratiquent depuis longtemps la thérapie du pleur pendant le repas, avec si besoin est, une pointe de piment pour faire sortir la tristesse, explique le quotidien. Et, au Japon, les cadres stressés se réfugient volontiers dans des refuges discrets où ils peuvent sangloter sur un vaste choix de livres et films bouleversants. Meetic pourrait peut-être créer un site thématique ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur