Pluie d’annonces et grand virage chez Business Objects

Régulations

L’éditeur d’origine française, discret depuis plusieurs mois, repart sur les chapeaux de roue, avec une offre rafraîchie

Lors de sa convention européenne Insight, réunissant clients, analystes et journalistes du 2 au 5 mai à Cannes, Business Objects (B0) a annoncé les produits incarnant sa stratégie EIM, et des packs pour les indépendants TPE et PME.

La qualité des données pour une BI pertinente Comment obtenir des rapports et tableaux de bord utiles et efficaces si on ne peut se fier aux données sources permettant de les élaborer ? Cette confiance est indispensable pour les projets décisionnels ou de gestion des performances. Suite à l’acquisition de Firstlogic finalisée le 1er avril 2006, Business Objects intègre une panoplie de fonctions de qualité des données à ses nouvelles solutions d’intégration de données EIM (Enterprise Information Management). En nettoyant les informations – provenant de plusieurs sources- en amont, non seulement l’entreprise améliore la pertinence du résultat, mais elle favorise une meilleure lisibilité des résultats. En intégrant ces fonctions à ces nouvelles solutions Business Objects évite une tâche supplémentaire d’intégration. BO se lance franco dans l’intégration de données et la traçabilité Côté intégration de données (EII pour Enterprise Information Integration), Data Federator XI génère en temps réel une vue virtuelle combinant diverses sources de données. Outre ce datawarehouse virtuel répondant à certains besoins, l’ETL Data Integrator XI autorise une intégration de données à la fois physique et virtuelle dans des datawarehouses ou des datamarts. Une stratégie et un positionnement enfin concrétisés depuis les rachats d’Acta Technologies en juillet 2002 puis du français Medience en novembre 2005. La gamme décisionnelle de l’éditeur s’enrichit de Business Objects Metadata Manager chargé de collecter et unifier les métadonnées des systèmes de BI, ETL, bases de données relationnelles et applications tierces. Pour un administrateur de données, Metadata Manager peut se révéler un assistant précieux. En effet, il apporte une grande visibilité des métadonnées pour visualiser, analyser et explorer les relations et règles métier. Et donc, il assure une fonction de traçabilité très utile pour détecter et aider à la résolution de problèmes éventuels. Enfin, il joue le rôle d’analyseur d’impact pour étudier les répercussions de modification ou de suppressions. Dans sa lancée, Business Objects annonce ses Global Services (un nom déjà utilisé par un certain ?) : une gamme de services EIM ?allant de la qualité d’information et de l’intégration de données au data warehousing d’entreprise? qui sera appréciée par les partenaires, indispensables relais auprès des entreprises. L’éditeur n’oublie pas les petites structures L’amélioration de l’activité et l’analyse des données ne doit pas rester l’apanage des grandes entreprises. D’ailleurs, les indépendants, TPE, et PME souhaitent non seulement générer des rapports bien présentés, mais aussi disposer de tableaux de bord analytiques dynamiques et interactifs accédant à toutes leurs données, avec des outils intégrés et simples à utiliser. C’est pourquoi Business Objects lance deux nouveaux produits : Crystal Vision, pour les professionnels indépendants, et Crystal Vision Server, pour les PME-PMI. Ces solutions incluent le reporting (Crystal Reports XI), les tableaux de bord (Crystal Xcelsius 4.5) et l’accès aux données depuis Microsoft Office (Crystal Live Office). Crystal Vision Server permet de concevoir des rapports et des tableaux de bord sophistiqués partageables en toute sécurité dans Microsoft Office ou sur le Web. Avec ces packages, rapports et tableaux de bord restent connectés en direct aux données, et peuvent être actualisés d’un simple clic. Business Objects a choisi une tarification compétitive pour ces packs, disponibles courant mai en direct ou auprès de ses partenaires revendeurs : Crystal Vision Server sera proposé à partir de 12.500 dollars pour cinq licences utilisateur, et Crystal Vision à partir de 785 dollars par licence individuelle. La bataille s’annonce mouvementée Si le pari des petites structures est un exercice largement pratiqué par BO et ses partenaires, l’intégration de données reste un défi majeur dans une stratégie plus ambitieuse face à des Informatica, Oracle et IBM, bien décidés à gagner du terrain sur le décisionnel, décidément au c?ur de toutes les convoitises.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur