Plus de 3 milliards de pages imprimées chaque jour en Europe

Cloud

Selon IDC, 3 100 milliards de pages ont été imprimées en 2010 sur la zone EMEA. Une tendance à la hausse malgré les efforts des pays les plus industrialisés.

Qui a dit que l’informatisation des services allait supprimer l’usage du papier? Pas IDC en tout cas. Selon l’analyste, environ 3 100 milliards de pages ont été imprimées depuis un appareil numérique (une imprimante principalement) en 2010 rien que sur la zone EMEA (région Europe, Moyen Orient, Afrique). Soit en moyenne 3 milliards de pages blanches noircies chaque jour. « Si nous déposions les pages imprimées par jour les unes derrière les autres, on pourrait faire l’aller-retour jusqu’à la Lune, ou bien cela pourrait couvrir une superficie de 18 terrains de football chaque minute », illustre Ilona Stankeova, directrice de recherche à la division Hardcopy Devices Research and Document Solutions d’IDC.

Une tendance à la hausse par rapport à 2009 malgré les politiques d’économies d’énergies et de chasse au gaspillage. Nombre d’entreprises, à l’image d’Accenture, ont mis en place des mesures obligeant par exemple l’utilisateur à valider son ordre d’impression qu’une fois devant l’imprimante.

Une chasse au gaspi qui n’apparaît pas globalement mais existe bel et bien selon les régions. Ainsi, dans les pays les plus industrialisés de la zone étudiée (les marchés « développés »), le volume d’impression a baissé de 1,3  % alors qu’il explose de 7,3  % dans les pays en développement globalement. La région CEMA (Europe centrale et de l’Est, Moyen Orient, Afrique) se distingue particulièrement avec une augmentation de la consommation de papier de plus de 14 %.

Les multifonctions en hausse

La multiplication des multifonctions (MFP) au sein des entreprises des pays en développement explique, selon IDC, cette tendance à la hausse. Il n’en reste pas moins que la partie la plus occidentale du continent reste la principale consommatrice de ramettes A4 et A3 avec 64  % du volume global des impressions. « Adoption croissante de services d’impression gérés (MPS), numérisation des flux de documents, préoccupations environnementales d’un côté ainsi que l’augmentation du volume de contenu numérique sur différentes plateformes, de l’autre, sont quelques-uns des facteurs qui ont influé le volume de pages l’année dernière », note IDC.

Si 773 milliards d’impressions proviennent majoritairement des imprimantes laser monochrome (soit 84  % du volume total), l’activité des imprimantes laser couleurs a augmenté de 16  %. Les impressions laser A3 contribuent à 41  % du volume alors que les imprimantes de ce grand format ne composent que 9  % de la base de solutions laser installées. Autre paradoxe, alors que les imprimantes jet d’encre plus de la moitié du parc, elles ne produisent que 8  % des pages imprimées. Laser ou jet d’encre, HP reste le vendeur numéro 1 quel que soit le type de modèle. Les concurrents Canon, Xerox, Konica Minolta, Oki, Lexmark, Epson et Samsung se partagent le marché.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur