Les PME de l’IT se débattent dans un marché atone

DSIProjetsSSII

Les chiffres de conjoncture issus du syndicat des PME et TPE de l’IT confirment l’atonie de la demande en 2014. Mais les petites entreprises du numérique gardent espoir pour 2015.

Les petits intégrateurs, cabinets de conseil et autres éditeurs de logiciels sont toujours ralentis par la crise. Dans une étude menée par le syndicat professionnel Cinov-IT, qui regroupe quelque 900 petites ou moyennes entreprises du numérique, les PME et TPE interrogées font état d’un chiffre d’affaires majoritairement stagnant au premier semestre : 48 % d’entre elles enregistrent au premier semestre un niveau d’activité identique à 5 % près à celui connu un an plus tôt. Notons tout de même que 22 % de ces petites structures ont vu leur chiffre d’affaires bondir de plus de 20 % en un an (contre 13 % qui ont connu une décroissance du même ordre).

Côté perspectives, c’est également cette impression d’un marché étale qui domine ; 35 % des PME et TPE du numérique s’attendant à une activité au second semestre identique à celle constatée en 2013. 28 % d’entre elles projettent une augmentation, contre 25 % qui projettent un recul.

La crise se matérialise dans l’allongement des délais de paiement : 30 % des entreprises du panel ont été payées moins vite qu’il y a un an par leurs clients. Elles ne sont que 9 % dans le cas inverse. 52 % des entreprises sondées ont été payées entre 30 et 45 jours par leurs clients du privé. Tandis que le secteur public règle en moins de 30 jours en moyenne selon deux adhérents de Cinov-IT sur trois.

Au final, 43 % des PME du secteur jugent que le semestre a été « moyen » et elles sont à peu près la même proportion à estimer que la crise actuelle se traduit par un manque de commandes, donc dégrade leur chiffre d’affaires.

Diversification vers le Cloud, les objets connectés, la sécurité

Malgré tout, les petites structures du numérique gardent le moral. Près d’une sur deux pense que 2015 sera un bon cru, voire un très bon cru. Elles sont 41 % à estimer qu’il sera seulement moyen, dans la continuité de 2014. D’ailleurs, 28 % des entreprises interrogées prévoient d’embaucher au second semestre, contre seulement 4 % d’entre elles qui anticipent des licenciements économiques.

A noter que 21 % des entreprises interrogées réalisent déjà une partie de leur chiffre d’affaires dans le Cloud. S’y ajoutent 14 % d’entre elles qui ont initié un projet en la matière. Dans la plupart des cas, les PME du secteur sont soit éditrices de solutions Saas (27 %), soit revendent des solutions Cloud (logiciels ou stockage). Pour faire face à l’atonie du marché, les éditeurs et intégrateurs misent d’ailleurs sur la diversification de leurs activités : les objets connectés (11 % des PME comptent y investir), le Big Data (7 %), la sécurité (12 %) ou la continuité d’activités (11 %) suscitent l’intérêt.

Selon les chiffres d’IDC, la mobilité, le Cloud, les réseaux sociaux, la sécurité et les applications analytiques – qui sous-tendent les projets dits de transformation digitale des entreprises – connaîtront, en 2014 une croissance de 22 % sur un an (et représenteront environ 1 euro sur 10 dépensé dans l’IT en France). Dans le même temps, le reste du marché est en décroissance de 0,8 % en 2014, après un recul de 1,8 % en 2013, toujours selon IDC.

Crédit photo : Denphumi / Shutterstock

A lire aussi :
Syntec Numérique : la croissance sera de retour en 2014… et les créations d’emploi ?
Dépense IT : Forrester revoit à la baisse ses prévisions de croissance


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur