PME: les logiciels de gestion et comptabilité s’étoffent

Régulations

Les petites et moyennes entreprises sont généralement bien dotées en logiciels de comptabilité, gestion et finance – ce qui ne les empêchent pas de continuer à investir. Les éditeurs nationaux ont-ils une carte à jouer? Constat d’une étude du cabinet IDC

Les solutions de gestion informatique de la comptabilité et de la finance demeurent un puissant moteur dans les investissements des PME, explique une étude récente d’IDC, en partenariat avec Oracle.

D’après cette étude, la totalité des PME (entre 100 et 2000 salariés) sont équipées d’un logiciel de gestion comptable. Et si plus de la moitié d’entre elles a choisi un ERP, moins du quart reste fidèle à la solution du développement spécifique. Dans tous les cas, ces systèmes comptables comportent en moyenne 7 fonctionnalités. Avec une nette préférence pour celles relevant de la sphère comptable : 4,3 sont consacrées à ces tâches, contre 2,6 pour la sphère financière. Les fonctions comptables sont aussi celles employées par le plus grand nombre de salariés dans l’entreprise : 3 environ pour 100 personnes, pour les fonctionnalités de base, contre 1 pour 100 pour celles financières. L’avenir sera comptable… Bonne nouvelle pour les éditeurs, deux PME sur trois font évoluer leur système de comptabilité chaque année. Mais en restant sur une base “stable”. L’étude constate en effet que 55% des logiciels de comptabilité générale ont été installés avant 2000, et que 42% des utilisateurs restent fidèles au même éditeur depuis 10 ans. Seul 4% du panel a changé de prestataire plus de 3 fois sur la même période. « Un changement d’éditeur peut simplement correspondre à un changement dans la vie de l’entreprise. Par exemple, le passage au mode multi-langues peut se révéler nécessaire. Et si l’éditeur ne suit pas, l’entreprise en changera. Cette logique défavorise les petits éditeurs» note le responsable des études. Pour conclure, IDC note que la motivation principale qui pousse les entreprises à évoluer devrait favoriser les éditeurs français. Il s’agit en effet de se mettre en conformité avec les normes réglementaires, IAS et IFRS. En revanche, 7% seulement des entreprises se proposent d’investir dans des outils de la gestion de campagne marketing. Les ‘basics’ avant tout !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur