Press release

Atos : Résultats annuels 2021

0
Sponsorisé par GlobeNewswire

Résultats annuels 2021

Chiffre d’affaires : 10 839 millions d’euros
-2,5% à taux de change constant; –4,3% en organique

Marge opérationnelle : 383 millions d’euros, 3,5% du chiffre d’affaires

Flux de trésorerie disponible : -419 millions d’euros

Résultat net part du Groupe : -2 962 millions d’euros
Bénéfice par action dilué normalisé : -1,97 euros

2022 : une année charnière

Croissance du chiffre d’affaires : -0,5% à +1,5% à taux de change constants

Marge opérationnelle : 3% à 5%

Flux de trésorerie disponible : -150 à 200 millions d’euros

Gouvernance simplifiée pour accélérer le retour à la croissance :
Structuration autour de trois lignes de métier et quatre régions

Présentation d’un plan de transformation détaillé et d’objectifs à moyen terme en mai 2022

Paris, le 28 février 2022 : Atos, un leader international de la transformation digitale, du calcul haute performance et des infrastructures liées aux technologies de l’information, annonce aujourd’hui ses résultats 2021.

Rodolphe Belmer, Directeur Général d’Atos, a déclaré : « Atos a fait face à d’importantes difficultés en 2021, reflétées dans les résultats du Groupe. Ses objectifs financiers n’ont pas été atteints, et une analyse étendue de ses actifs et contrats, réalisée en ce début dannée à la lumière du récent changement de stratégie du Groupe, a conduit à d’importantes dépréciations.

Je suis cependant totalement convaincu que nous disposons à présent d’une base solide et que nous avons toutes les cartes en main pour améliorer nos performances. Dans ce contexte, 2022 sera une année charnière pour le Groupe, ouvrant la voie à un redressement porté par un plan ambitieux. Nous présenterons ce plan en détail, ainsi que nos objectifs 2023-2025, en mai prochain à l’occasion d’une journée investisseurs dédiée. Dans le cadre de cette stratégie, le déploiement de notre nouvelle gouvernance, structurée autour de trois lignes de métier et quatre régions, constitue une première étape majeure de la transformation du Groupe. Simplifiée et plus efficiente, cette nouvelle gouvernance constituera la colonne vertébrale du nouvel Atos, permettant une amélioration des performances économiques et commerciales, ainsi qu’une accélération de la prise de décision et un renforcement des responsabilités. Elle nous permettra également de donner une meilleure visibilité sur la performance et la valeur de chaque ligne de métier et ce, dès notre journée investisseurs.

Depuis ma prise de fonctions en janvier, j’ai pu observer les solides fondations sur lesquelles le Groupe repose. Atos dispose d’un savoir-faire technologique unique et détient des positions de premier plan dans la cybersécurité, le calcul haute performance, le cloud et le digital. C’est sur ces activités de croissance que nous voulons bâtir notre profonde transformation, aujourd’hui pleinement enclenchée. J’ai la certitude que nous avons devant nous un avenir prometteur. »

Chiffres clés 2021

Les comptes consolidés et sociaux de l’exercice clos le 31 décembre 2021 ont été arrêtés par le conseil d’administration le 28 février 2022. Les procédures d’audit ont été effectuées et les rapports d’audit sont en cours d’émission.

€M

 

    Variation

 

Variation à taux de change constants

 

2021 2020
Chiffre d’affaires 10 839 11 181 -3,1% -2,5%
Marge opérationnelle 383 1 002    
% taux de marge opérationnelle 3,5% 9,0% -550 bps -540 bps
Excédent Brut Opérationnel (EBO) 1 095 1 661    
% taux d’EBO 10,1% 14,9% -480 bps  
Résultat net normalisé -215 725    
Résultat net -2 962 550    
Flux de trésorerie disponible -419 513    
Dette nette 1 226 467    

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 10 839 millions d’euros en 2021, en baisse de -2,5% à taux de change constants par rapport à 2020 (-4,3% en organique). Dans le contexte d’une accélération de la migration des clients vers le cloud, le recul significatif des services IT classiques n’a pu être compensé par la croissance enregistrée dans le digital, le cloud, la sécurité et la décarbonation, ni par la contribution des acquisitions ciblées. Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires s’est inscrit en baisse de -7,5% à taux de change constants
(-8,9% en organique) ; aux tendances mentionnées ci-dessus sont venus s’ajouter : (i) une réévaluation inattendue des coûts futurs sur un grand contrat de services financiers dans le domaine du BPO (externalisation des processus métiers) au Royaume Uni, ayant conduit à une révision majeure du taux d’avancement du projet, et (ii) des décalages de projets en partie dus à des perturbations dans la chaîne d’approvisionnement. Hors l’impact du contrat BPO au Royaume Uni, la baisse du chiffre d’affaires au 4ème trimestre serait ressortie à -5,4% à taux de change constants
(-6,9% en organique).

La marge opérationnelle a atteint 383 millions d’euros, soit 3,5% du chiffre d’affaires, en repli de -540 points de base à taux de change constants par rapport à 2020. La profitabilité du Groupe a été principalement affectée par la sous-absorption de coûts fixes dans les activités d’infrastructures informatiques classiques, la réévaluation du contrat BPO susmentionné, l’augmentation des coûts de structure du fait du programme Spring mis en œuvre en 2020, ainsi que par des coûts de recrutement et de rétention incrémentaux, dans un marché des talents plus tendu.

Le résultat net part du Groupe normalisé s’est établi à -215 millions d’euros. Le résultat net part du Groupe est ressorti à 2 962 millions d’euros, incluant d’importantes dépréciations de goodwill et d’autres actifs, des provisions, ainsi que des dépréciations de créances douteuses et d’actifs de contrats, pour un montant total de
2,5 milliards d’euros. Ce montant inclut 2,4 milliards d’euros résultant d’une analyse étendue de la recouvrabilité de certains actifs et de la profitabilité des contrats historiques, conduite à la lumière de la décision du Groupe de se concentrer sur le digital, le cloud, la sécurité et la décarbonation, et de réduire son exposition aux services IT classiques.

Le flux de trésorerie disponible s’est élevé à -419 millions d’euros, reflétant principalement une baisse de l’excédent brut opérationnel (EBO), une variation négative du besoin en fonds de roulement pour -156 millions d’euros ainsi que les coûts liés au plan de redressement en Allemagne pour un montant de 180 millions d’euros.

La dette nette s’est élevée à -1 226 millions d’euros, à fin 2021, soit un ratio dette nette sur excédent brut opérationnel (en normes IFRS) de 1,1 à fin 2021. En cas de conversion complète des Obligations Echangeables en Actions, la dette nette du Groupe se serait élevée à -883 millions d’euros.

Transformation du Groupe pleinement enclenchée

Début 2022, sous la direction de son nouveau Directeur Général, Rodolphe Belmer, Atos s’est engagé dans une transformation profonde, afin d’accélérer son retour à la croissance.

En s’appuyant sur le savoir-faire technologique unique de ses 109 000 collaborateurs, ainsi que sur ses positions de premier plan dans la cybersécurité, le calcul haute performance, le cloud, et le digital, Atos entend structurer sa transformation autour de quatre priorités majeures : adapter et simplifier sa gouvernance, stimuler les ventes et la dynamique commerciale, rationaliser sa structure de coûts et repositionner son portefeuille d’activités grâce à un programme de cessions et d’acquisitions.

Une première étape importante de ce processus de transformation a été franchie en février 2022 avec l’annonce d’une gouvernance adaptée et simplifiée, organisée autour de trois lignes de métier distinctes et de quatre régions, soutenues par une direction commerciale centralisée et les fonctions corporate.

Chaque ligne de métier réunit des activités partageant le même modèle économique et opérant dans le même environnement concurrentiel :

Tech Foundations regroupe les activités matures et nécessitant beaucoup d’investissements matériels et d’immobilisation d’actifs : Data Center & Hosting, Digital Workplace, Unified Communications & Collaboration et Business Process Outsourcing (BPO).

Digital est une activité de services qui repose sur des expertises et des compétences dédiées aux enjeux du numérique, du cloud et de la décarbonation et qui vise à accompagner la transformation digitale de ses clients.

Big Data & Security est une activité en forte croissance, soutenue par une politique de R&D intensive et centrée sur des produits et services dédiés à la cybersécurité, au calcul haute performance, à l’Edge Computing et aux systèmes critiques.

Les quatre régions : Europe du Nord & APAC, Europe Centrale, Europe du Sud, Amériques, sont responsables de la gestion de leurs relations commerciales, de leurs ressources locales et de leurs comptes de résultats, afin de renforcer la proximité avec les clients et de garantir l’accélération de l’exécution opérationnelle.

La gouvernance managériale de l’entreprise a été rationalisée dans le but d’accélérer la prise de décision et de renforcer la responsabilité. Elle sera structurée autour d’un Comité Exécutif nouvellement créé de douze membres, contre vingt-et-un auparavant.

Atos présentera son plan de redressement détaillé et ses objectifs 2023-2025 en mai 2022, à l’occasion d’une journée investisseurs dédiée.

2022 : une année charnière

La poursuite du déclin des services IT classiques, conjuguée à la hausse des coûts de personnel et aux perturbations dans la chaîne d’approvisionnement, continueront de peser sur le chiffre d’affaires et la profitabilité du Groupe, en particulier au premier semestre.

Cependant, le second semestre devrait voir une amélioration, avec un retour à une croissance positive du chiffre d’affaires à taux de change constants, et une hausse de la marge opérationnelle. Cette amélioration sera le fruit des mesures d’optimisation de la performance déjà mises en place, d’une base de comparaison plus favorable, ainsi que d’une amélioration du mix d’activités.

Le flux de trésorerie disponible devrait s’améliorer de façon significative par rapport à 2021, et dépendra dans une large mesure du niveau de marge opérationnelle atteint et des fluctuations du besoin en fonds de roulement.

Pour l’ensemble de l’année, Atos prévoit :

  • une croissance du chiffre d’affaires à taux de change constants comprise entre -0,5% et +1,5% ;
  • une marge opérationnelle de 3% à 5% ;
  • un flux de trésorerie disponible compris entre -150 millions d’euros et 200 millions d’euros.

Performance 2021 par Entité Opérationnelle Régionale

  Chiffre d’affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d’euros 2021 2020* % à taux de change constants 2021 2020* 2021 2020*
Amérique du Nord 2 418 2 518 -4,0% 254 377 10,5% 15,0%
Europe du Nord 2 686 2 769 -3,0% 50 230 1,8% 8,3%
Europe Centrale 2 515 2 699 -6,8% 28 123 1,1% 4,6%
Europe du Sud 2 418 2 347 +3,0% 54 189 2,2% 8,1%
Marchés de Croissance 802 781 +2,7% 73 110 9,1% 14,0%
Coûts des structures globales -76 -43 -0,7% -0,4%
Total 10 839 11 114 -2,5% 383 987 3,5% 8,9%
* A taux de change constants              

En 2021, la progression du chiffre d’affaires en Europe du Sud et dans les Marchés de Croissance n’a pas permis de compenser les contractions enregistrées en Amérique du Nord, en Europe du Nord et en Europe Centrale. Toutes les Entités Opérationnelles Régionales ont accusé une baisse de leur marge opérationnelle ; outre les raisons propres à chaque région, indiquées ci-dessous, ces baisses sont dues à une hausse des coûts de structure, liés au programme Spring, ainsi qu’à des coûts supplémentaires de recrutement et de rétention dans un marché des talents plus tendu.

Amérique du Nord : le chiffre d’affaires a baissé de -4,0% à taux de change constants, le repli des activités classiques de data center n’ayant été que partiellement compensé par de bonnes tendances dans les domaines du conseil, de l’intégration de systèmes et du développement d’applications, ainsi que du cloud et du Big Data & Sécurité. S’agissant de la performance par secteur, le Secteur Public & Défense, les Ressources & Services ainsi que le secteur Santé & Sciences de la Vie sont ressortis en baisse, tandis que les secteurs Télécommunications, Médias & Technologies, Industries et Services Financiers & Assurance ont affiché une croissance de leur chiffre d’affaires. La marge opérationnelle s’est maintenue à un niveau élevé, à 10,5%, néanmoins en repli par rapport à 2020 sous l’effet d’une moindre absorption des coûts fixes dans les activités classiques, d’un recours plus large à la sous-traitance pour compenser l’attrition du personnel, ainsi que de transactions à forte marge réalisées en 2020 et non reproduites en 2021.

Europe du Nord : le chiffre d’affaires est ressorti en baisse de -3,0% à taux de change constants, en raison de la réévaluation des coûts restant nécessaires sur un contrat BPO avec un important client au Royaume Uni dans le secteur des Services Financiers & Assurance, qui a conduit à une révision majeure du taux d’avancement du projet. Dans les autres secteurs, la croissance en Télécommunications, Médias & Technologies, Industries et Santé & Sciences de la Vie a compensé la baisse du chiffre d’affaires dans le Secteur Public & Défense et en Ressources & Services. La marge opérationnelle a fortement diminué, à 1,8%, principalement sous l’effet, de la réévaluation du contrat BPO au Royaume Uni et, dans une moindre mesure, de difficultés dans la livraison de certains projets.

Europe Centrale : le chiffre d’affaires s’est contracté de -6,8% par rapport à 2020, en raison du repli des services IT classiques, en particulier dans le secteur Industries, ainsi que du recul des ventes de produits dans les activités Unified Communications & Collaboration et Big Data & Security. Dans les autres secteurs, le chiffre d’affaires en Télécommunications, Médias & Technologies, Secteur Public & Défense et Ressources & Services a diminué, tandis qu’il est resté globalement stable en Santé & Sciences de la Vie ainsi qu’en Services Financiers & Assurance. La marge opérationnelle a reculé à 1,1%, affectée par une moindre absorption des coûts fixes et des difficultés dans la livraison de certains projets.

Europe du Sud : le chiffre d’affaires a crû de +3,0%, en dépit d’un quatrième trimestre difficile, marqué par une baisse des ventes de produits. Le chiffre d’affaires a progressé dans la plupart des secteurs : en Santé & Sciences de la Vie en particulier, avec une croissance à deux chiffres, ainsi qu’en Industries, Services Financiers & Assurance, Secteur Public & Défense et Ressources & Services. Il s’est contracté dans le secteur des Télécommunications, Médias & Technologies en raison d’une baisse de l’activité Unified Communications & Collaboration. La marge opérationnelle a diminué à 2,2%, affectée par (i) un mix d’activités moins favorable, avec une baisse des ventes de Big Data & Security, à forte marges, compensée par une augmentation de ventes de produits à moindre marge, et (ii) des hausses de prix de la part de certains fournisseurs.

Marchés de Croissance : le chiffre d’affaires a augmenté de +2,7% à taux de change constants. Le secteur Santé & Sciences de la Vie a connu une croissance à deux chiffres, tirée par l’Australie et l’Asie. Les secteurs Industries et Services Financiers ont affiché une croissance robuste. Cette évolution positive a été partiellement compensée par une baisse de l’activité Unified Communications & Collaboration dans le secteur Télécommunications, Médias & Technologies, des décalages de projets en Ressources & Services et une baisse d’activité en Secteur Public & Défense. La marge opérationnelle a souffert d’un mix d’activités moins favorable et des baisses de prix avec un important client du secteur Services Financiers & Assurance.

Structures globales : les coûts afférents aux structures globales ont augmenté, reflétant une plus grande centralisation des fonctions globales et une gestion des Industries en accord avec le programme Spring.

Performance 2021 par Secteur

  Chiffre d’affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d’euros 2021 2020* % à taux de change constants 2021 2020* 2021 2020*
Industries 2 024 1 999 +1,3% 73 68 3,6% 3,4%
Services Financiers & Assurance 2 081 2 104 -1,1% 37 257 1,8% 12,2%
Secteur Public & Défense 2 354 2 580 -8,7% 63 261 2,7% 10,1%
Télécommunications, Médias & Technologies 1 506 1 526 -1,3% 55 123 3,6% 8,0%
Ressources & Services 1 567 1 623 -3,4% 42 121 2,7% 7,5%
Santé & Sciences de la Vie 1 306 1 284 +1,8% 113 157 8,7% 12,2%
Total 10 839 11 114 -2,5% 383 987 3,5% 8,9%
* A taux de change constants              

Le chiffre d’affaires a diminué par rapport à 2020 à taux de change constants dans la plupart des secteurs, de même que la marge opérationnelle.

Le secteur Industries a pu accroître son chiffre d’affaires et sa marge opérationnelle, compensant partiellement la forte baisse enregistrée en 2020. Dans le secteur Services Financiers & Assurance, le chiffre d’affaires et, de façon plus marquée, la marge opérationnelle, ont subi l’impact négatif de la réévaluation du contrat BPO au Royaume Uni au quatrième trimestre. Après des résultats robustes en 2020, le Secteur Public & Défense a enregistré une baisse importante de son chiffre d’affaires et de sa rentabilité, notamment en Amérique du Nord. Le secteur Télécommunications, Médias & Technologies a affiché une légère diminution de son chiffre d’affaires et une baisse plus marquée de sa profitabilité. Le secteur des Ressources & Services s’est contracté, les réductions de volumes dans la distribution, ainsi que dans l’énergie et les services publics, n’ayant pu être compensées par un redressement partiel du transport et de l’hôtellerie. Après une année 2020 résiliente, le secteur de la Santé & Sciences de la Vie a généré un chiffre d’affaires en croissance, tandis que sa marge opérationnelle s’est inscrite en baisse significative.

De la Marge Opérationnelle au Résultat d’Exploitation

(en millions d’euros) 2021 2020
Marge opérationnelle 383 1 002
Réorganisation des effectifs -312 -127
Rationalisation et frais associés -81 -36
Coûts d’intégration et d’acquisition -44 -41
Amortissement des immobilisations incorporelles (allocation du prix d’acquisition) -151 -153
Charges relatives à des paiements fondés sur des actions -34 -74
Autres -2 529 80
Résultat d’Exploitation -2 769 650

Le résultat d’exploitation ressort négatif à -2 768 millions d’euros en 2021, contre 650 millions d’euros en 2020.

Les dépenses de réorganisation des effectifs en 2021 comprennent les coûts liés au plan de redressement en Allemagne pour un montant de -180 millions d’euros.

Compte tenu de sa décision de se concentrer sur les activités Digital, Cloud, Sécurité et la Décarbonation, tout en se désengageant des activités d’infrastructures classiques et d’Unified Communications & Collaboration, le Groupe a mené une analyse étendue de la recouvrabilité de ses actifs et de la profitabilité de ses contrats historiques. Cette analyse a conduit à une dépréciation du goodwill et d’autres actifs non courants, des provisions pour engagements auprès de fournisseurs ainsi qu’à des provisions supplémentaires, dépréciations de créances douteuses et dépréciations d’actifs de contrats, pour un montant total de 2 355 millions d’euros, comptabilisé en fin d’année. Ce montant se décompose comme suit :

  • -1 324 millions d’euros au titre des dépréciations du goodwill ;
  • -532 millions d’euros au titre de la dépréciation d’autres actifs non courants (-165 millions d’euros) et de provisions pour des engagements auprès de fournisseurs (-367 millions d’euros) ;
  • -499 millions d’euros au titre de dépréciations d’autres actifs, de provisions pour contrats déficitaires, de provisions pour créances douteuses et autres éléments.

Du Résultat d’Exploitation au Résultat Net part du Groupe

Le résultat financier s’est élevé à -151 millions d’euros contre -51 millions d’euros en 2020, sous l’effet, principalement, de la diminution de la valeur des actions Worldline sous-jacentes à l’Obligation Echangeable en Actions.

La charge d’impôts s’est élevée à -39 millions d’euros en 2021 et inclut une dépréciation d’actifs d’impôts différés pour un montant de 446 millions d’euros.

Compte tenu de ce qui précède, et y compris les participations ne donnant pas le contrôle (3 millions d’euros) et la quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence (nulle), le résultat net part du Groupe est ressorti négatif à -2 962 millions d’euros pour 2021.

Le bénéfice par action et le bénéfice par action dilué se sont établis à -27,03 euros, comparé à 5,05 euros en 2020.

Le résultat net part du Groupe normalisé avant éléments inhabituels, anormaux et non récurrents, nets d’impôts, s’est élevé à -215 millions d’euros, contre +725 millions d’euros en 2020.

Le bénéfice par action normalisé ainsi que le bénéfice par action normalisé dilué se sont établis à
-1,97 euros en 2021, contre 6,65 euros en 2020.

Flux de trésorerie disponible et dette nette

(en millions d'euros) 2021 2020
Excédent Brut Opérationnel (EBO) 1 095 1 661
Investissements opérationnels -272 -320
Paiements des loyers -391 -361
Variation du besoin en fonds de roulement -156 -63
Flux de trésorerie opérationnel 275 916
Impôts payés -81 -113
Coût de l’endettement financier net payé -25 -33
Réorganisation, Rationalisation & Coûts d'intégration -438 -191
Autres variations -151 -66
Flux de trésorerie disponible -419 513

En 2021, le flux de trésorerie disponible s’est élevé à -419 millions d’euros contre 513 millions d’euros en 2020. Outre une baisse de l’excédent brut opérationnel (EBO), ce montant négatif s’explique principalement par :

  • une variation négative du besoin en fonds de roulement de -156 millions d’euros, reflétant principalement une réduction des avances clients et une accélération des paiements fournisseurs à la fin de 2021, partiellement compensées par l’impact sur les actifs de contrats et créances clients du moindre niveau d’activité enregistré au quatrième trimestre ;
  • des coûts de réorganisation du personnel élevés, liés au plan de redressement en Allemagne (180 millions d’euros).

Les autres éléments présentés sous le flux de trésorerie disponible s’établissent à -340 millions d’euros. Ils comprennent principalement les acquisitions nettes de cessions pour -275 millions d’euros, les dividendes pour
-101 millions d’euros et les effets de change pour 71 millions d’euros.

En conséquence, la position de dette nette du Groupe ressort à -1 226 millions d’euros à fin décembre 2021 contre une dette nette de -467 millions d’euros à fin décembre 2020. Cette dette comprend l’Obligation Echangeable en Actions (OEB) pour 500 millions d’euros, tandis que le Groupe détient toujours les actions Worldline sous-jacentes, échangeables à maturité de l’Obligation. En cas de conversion complète des obligations échangeables en actions, l’endettement net du Groupe se serait élevé à -883 millions d’euros.

Activité commerciale

L’activité commerciale est restée solide en 2021, les prises de commandes s’élevant à 10,8 milliards d’euros, soit un ratio de prises de commandes sur chiffre d’affaires de 99%.

Le carnet de commandes total est resté stable à taux de change constants par rapport à fin 2020, à
23,6 milliards d’euros, représentant 2,1 années de chiffre d’affaires. Le montant total pondéré des propositions commerciales ressort à 7,0 milliards d’euros contre 8,9 milliards d’euros à fin décembre 2020 à taux de change constants.

Ressources humaines

L’effectif total du Groupe était de 109 135 salariés, à fin décembre 2021, en hausse de +4,5% comparé à 104 430, à fin décembre 2020 (+2,9% en organique).

En 2021, le Groupe a recruté 25 886 collaborateurs, principalement dans les pays offshore/nearshore comme l’Inde, la Pologne et la Roumanie, et a accueilli 1 668 nouveaux collaborateurs à l’occasion des acquisitions.

Le taux d’attrition s’est établi à 18,6%, après 10,9% en 2020 – l’attrition cumulée sur deux ans (2021 et 2020) s’est élevée à 14,7%, contre 15,1% en 2019.

Acquisitions

En 2021, le Groupe a annoncé neuf acquisitions ciblées dans les domaines suivants :

  • Digital : Processia, IDEAL GRP, Ipsotek ;
  • Cloud : VisualBi, Appcentrica, Nimbix, Datasentics et Cloudreach ;
  • Sécurité : Cryptovision.

Ces acquisitions représentent un chiffre d’affaires total annuel supérieur à 170 millions d’euros (en 2021), et soutiendront l’évolution du mix d’activités du Groupe.

Dividendes

Du fait d’un résultat net part du Groupe négatif en 2021, le Conseil d’Administration d’Atos a décidé, lors de sa réunion du 28 février 2022, de ne pas proposer le versement d’un dividende à la prochaine Assemblée Générale Annuelle.

Conférence téléphonique

La Direction Générale d’Atos vous convie à une conférence téléphonique en anglais sur les résultats de l’exercice 2021, le mardi 1 mars 2022 à 8h00 (CET – Paris) présidée par Rodolphe Belmer, Directeur Général.

La conférence téléphonique sera accessible par webcast :

  • via le lien suivant : https://edge.media-server.com/mmc/p/egx4zxh5
  • par téléphone, 10 minutes avant l’horaire de début. Si vous souhaitez participer à une conférence téléphonique par téléphone, vous devez vous inscrire avant la conférence en utilisant le lien suivant :

http://emea.directeventreg.com/registration/9435037

Lors de l’inscription, vous recevrez les numéros d’appel, le code d’accès direct à l’événement et un identifiant unique de participant. Des rappels de l’événement seront également envoyés par e-mail la veille.
10 minutes avant le début de l’appel, vous devrez utiliser les informations d’accès à la conférence fournies dans l’e-mail reçu au moment de l’inscription.

Après la conférence téléphonique, un enregistrement sera disponible sur notre site atos.net, dans la section Investisseurs.

Prochains événements

27 avril 2022 (Avant Ouverture du Marché)                         Chiffre d’affaires du premier trimestre 2022
18 mai 2022                                                         Assemblée Générale annuelle

27 juillet 2022 (Avant Ouverture du Marché)                         Résultats du premier semestre 2022

Contacts

Relations Investisseurs :        Thomas Guillois        +33 6 21 34 36 62
                                                        thomas.guillois@atos.net

Médias :                        Martin Bovo                 +33 6 14 46 79 94
                                                        martin.bovo@atos.net

Annexes

Réconciliation du chiffre d’affaires et de la marge opérationnelle à périmètre et taux de change constants

En millions d'euros 2021 2020 variation %
Chiffre d'affaires statutaire 10 839 11 181 -3,1%
Effet de change   -67  
Chiffre d'affaires à taux de change constants 10 839 11 114 -2,5%
Effet des changements de périmètre   209  
Effet de change sur les périmètres acquis ou cédés   -1  
Chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants 10 839 11 322 -4,3%
Marge opérationnelle statutaire 383 1 002 -61,7%
Effet de change   -15  
Marge opérationnelle à taux de change constants 383 987 -61,2%
Effet des changements de périmètre   10  
Effet de change sur les périmètres acquis ou cédés   0  
Marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants 383 997 -61,5%
en % du chiffre d'affaires 3,5% 8,8%  

Les effets de périmètre sur le chiffre d’affaires et la marge opérationnelle se sont élevés respectivement à
+207 millions d’euros et à +10 millions d’euros. Ils sont principalement liés :

  • aux acquisitions consolidées soit au cours de l’année 2020, soit en 2021, pour un montant total de
    +237 millions d’euros de chiffre d’affaires et de +14 millions d’euros de marge opérationnelle ; et
  • à la vente de certaines activités spécifiques d’Unified Communications & Collaboration, ainsi que de Wivertis GmbH en 2020, pour un montant total de -30 millions d’euros de chiffre d’affaires et de -4 millions d’euros de marge opérationnelle.

NB : l’acquisition de Cloudreach, dont le closing a eu lieu le 3 janvier 2022, ne sera consolidée dans les états financiers du Groupe qu’en 2022.

Les transferts internes reflètent principalement les ajustements au titre de l’organisation Spring, la responsabilité de la gestion de certains clients étant transférée d’un secteur à l’autre afin d’optimiser les synergies commerciales.

Les effets de change ont contribué négativement au chiffre d’affaires à hauteur de -67 millions d’euros ainsi qu’à la marge opérationnelle à hauteur de -15 millions d’euros. Ils sont principalement dus à la dépréciation du dollar américain et du réal brésilien par rapport à l’euro, partiellement compensées par l’appréciation de la livre sterling par rapport à l’euro au cours de la période.

Chiffre d’affaires du quatrième trimestre par Secteur et Entité Opérationnelle Régionale

En millions d'euros T4 2021 T4 2020* % à taux de change constants
Amérique du Nord 631 653 -3,4%
Europe du Nord 611 710 -14,0%
Europe Centrale 657 700 -6,2%
Europe du Sud 631 681 -7,2%
Marchés de Croissance 219 227 -3,3%
Total 2 749 2 971 -7,5%
* A taux de change constants      

En millions d'euros T4 2021 T4 2020* % à taux de change constants
Industries 527 523 +0,6%
Services Financiers & Assurance 462 551 -16,1%
Secteur Public & Défense 611 719 -15,0%
Télécommunications, Médias & Technologies 402 402 +0,1%
Ressources & Services 407 431 -5,7%
Santé & Sciences de la Vie 340 345 -1,4%
Total 2 749 2 971 -7,5%
* A taux de change constants      

A propos d’Atos

Atos est un leader international de la transformation digitale avec 109 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires annuel d’environ 11 milliards d’euros. Numéro un européen du cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le Groupe fournit des solutions intégrées pour tous les secteurs, dans 71 pays. Pionnier des services et produits de décarbonation, Atos s’engage à fournir des solutions numériques sécurisées et décarbonées à ses clients. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie des indices CAC 40 ESG et Next 20.

La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le Groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel.

Avertissement

Le présent document contient des informations de nature prévisionnelle auxquelles sont associés des risques et des incertitudes, y compris les informations inclues ou incorporées par référence, concernant la croissance et la rentabilité du Groupe dans le futur qui peuvent impliquer que les résultats attendus diffèrent significativement de ceux indiqués dans les informations de nature prévisionnelle. Ces risques et incertitudes sont liés à des facteurs que la Société ne peut ni contrôler, ni estimer de façon précise, tels que les conditions de marché futures ou le comportement d’autres acteurs sur le marché. Les informations de nature prévisionnelle contenues dans ce document constituent des anticipations sur une situation future et doivent être considérés comme tels. Ces déclarations peuvent se référer aux plans, objectifs et stratégies d’Atos, de même qu’à des événements futurs, des revenus à venir ou encore des synergies ou des résultats qui ne constituent pas des informations factuelles à caractère historique. La suite des évènements ou les résultats réels peuvent différer de ceux qui sont décrits dans le présent document du fait d’un certain nombre de risques et incertitudes qui figurent dans le Document d’Enregistrement Universel 2020 déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 7 avril 2021 sous le numéro d’enregistrement D.21-0269 et l’Amendement au Document d’Enregistrement Universel déposé auprès de de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 30 juillet 2021 sous le numéro d’enregistrement D.21-0269-A01. Atos ne prend aucun engagement et n’assume aucune responsabilité s’agissant de la mise à jour de l’information contenue dans le présent document au-delà de ce qui est prescrit par la réglementation en vigueur. Ce communiqué ne constitue ni ne contient une offre de vente des actions Atos ou une quelconque sollicitation d’achat ou de souscription d’actions Atos en France, aux Etats-Unis d’Amérique ou dans aucun autre pays.

La croissance organique du chiffre d’affaires est présentée à périmètre et taux de change constants.

Les Secteurs sont Industries (aérospatiale, automobile, produits chimiques, produits de consommation emballés (aliments & boissons), l’industrie manufacturière, les industries de transformation, les services et Siemens), Services Financiers & Assurance (assurances, services bancaires & financiers et services de transformation des activités), Secteur Public & Défense (défense, éducation, organisations extraterritoriales, administration publique, services communautaires publics et Major Events), Télécommunications, Médias & Technologies (haute technologie & ingénierie, médias et télécommunications), Ressources & Services (énergie, commerce de détail, transport & hôtellerie et services publics) et Santé & Sciences de la Vie (santé et industrie pharmaceutique).
Les Entités Opérationnelles Régionales sont composées de l’Amérique du Nord (États-Unis, Guatemala, Canada et Mexique), l’Europe du Nord (Royaume Uni et Irlande, Belgique, Danemark, Estonie, Biélorussie, Finlande, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Russie et Suède), l’Europe du Sud (France, Andorre, Espagne, Portugal et Italie), l’Europe Centrale (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Bosnie Croatie, République tchèque, Grèce, Hongrie, Israël, Roumanie, Serbie, Slovénie, Slovaquie et Suisse) et des Marchés de Croissance, y compris l’Asie-Pacifique (Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande), l’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Uruguay et Pérou), le Moyen-Orient et l’Afrique (Algérie, Bénin, Burkina Faso, Égypte, Gabon, Côte d’Ivoire, Royaume d’Arabie saoudite, Liban, Madagascar, Mali, Maurice, Maroc, Qatar, Sénégal, Afrique du Sud, Tunisie, Turquie et EAU), Major Events, Global Cloud Hub, et Global Delivery Centers.

Pièce jointe