Les industries à risque sont prêtes à faire un bond de géant vers un risque dynamique et simulé

Dans le récent sondage de Sphera, les leaders de l’industrie expriment le besoin de solutions technologiques qui aident à obtenir une résilience opérationnelle

CHICAGO, 01 sept. 2020 (GLOBE NEWSWIRE) — Sphera, le premier fournisseur mondial de services de logiciels, de données et de conseil de gestion intégrée des risques (GIR), a publié les derniers résultats de son enquête annuelle sur la gestion de la sécurité des processus/la gestion des risques opérationnels.

L’enquête 2020 marque le cinquième rapport consécutif de l’industrie sur les tendances en matière de sécurité des processus et de gestion des risques opérationnels. Les résultats confirment que les entreprises franchissent le pas depuis des évaluations des risques classiques statiques et cloisonnées vers une identification et une gestion dynamiques et en temps réel des risques. Ce « bond » vers des déploiements de technologies et de logiciels innovants permet aux entreprises de prendre de meilleures décisions commerciales dans l’ensemble de leur organisation. Une approche interopérable et axée sur les données en matière de sécurité des processus et des risques opérationnels promet de nouvelles perspectives prédictives qui étaient auparavant inaccessibles.

La pandémie, associée à la fluctuation des cours du pétrole et des matières premières, a eu un impact sur les marges d’exploitation, mais a donné à de nombreuses entreprises l’occasion d’examiner leurs capacités technologiques liées à la visualisation, à la prévision, à la simulation et à l’atténuation des risques majeurs tout en évaluant leur résilience opérationnelle.

« Être résilient sur le plan opérationnel signifie pouvoir maintenir ou optimiser les activités en cas de chocs commerciaux inattendus », a déclaré Scott Lehmann, vice-président de la gestion des produits de Sphera pour la gestion des risques opérationnels, qui a co-rédigé le rapport d’enquête 2020. « De nombreuses entreprises se sont demandé si une adoption plus précoce des outils de gestion du risque simulé et dynamique aurait permis de réduire le choc subi par l’ensemble de l’industrie lorsque la pandémie s’est accélérée et que les cours du pétrole ont chuté. »

Comme dans les précédentes enquêtes, les résultats soulignent l’importance de la technologie pour améliorer la sécurité des processus et la gestion des risques opérationnels. Pratiquement tous les répondants (91 %) ont déclaré que la technologie a amélioré la sécurité de leurs entreprises et de leurs travailleurs (soit une hausse de 11 % par rapport à l’année dernière).

Alors que les entreprises prennent la sécurité au sérieux, 88 % déclarant que la sécurité fait partie de la structure de valeur de leur organisation, les leaders du secteur signalent des écarts importants (81 %) entre l’intention en matière de sécurité des processus et la réalité. La moitié des répondants (51 %) n’examine les risques que tous les 1 à 6 ans, 53 % n’évaluent qu’une partie de leurs installations et seuls 68 % sont en mesure d’effectuer des inspections planifiées de l’intégrité des actifs. Il en résulte des indicateurs de risque incomplets et tardifs avec seulement 37 % de gestion proactive de la sécurité des processus.

La numérisation permet aux entreprises de faire un bond sans précédent dans la collecte et l’analyse des données sur les risques opérationnels en temps réel. Sans surprise, 6 répondants sur 10 ont déclaré investir dans des technologies pour créer des processus commerciaux axés sur les données dans l’ensemble de l’organisation, intégrant les données relatives à l’environnement, à la santé, à la sécurité et à la durabilité (ESS&D) et à la gestion des risques opérationnels (GRO), et la moitié (52 %) a déclaré investir dans des solutions pour cartographier les voies de risque dynamique.

« Il n’existait tout simplement pas de technologie établissant des liens, joignant les processus et flux de travail disparates et éclairant la réalité opérationnelle en temps réel jusqu’à présent », a ajouté M. Lehmann. « Les entreprises qui adoptent ces technologies seront enfin en mesure d’obtenir une vision globale et de bout en bout de leurs risques opérationnels. »

Méthodologie de l’enquête
L’enquête 2020 de Sphera sur la gestion de la sécurité des processus (GSP)/GRO a été menée en ligne entre le 27 avril et le 29 juin 2020. Au total, 192 professionnels ont participé à l’enquête de cette année, 82 % travaillant dans la GSP, la GRO ou l’intégrité des actifs depuis plus de 5 ans. Un peu plus d’un tiers (36 %) des répondants a déclaré travailler dans l’industrie pétrolière et gazière, 19 % dans l’industrie pétrochimique et 17 % dans l’industrie manufacturière. Plus de 30 % des participants travaillent pour des entreprises comptant plus de 10 000 employés et plus de 25 usines et installations industrielles. En outre, 44 % ont déclaré que leur travail était axé sur les Amériques, 24 % sur l’Asie-Pacifique et 32 % sur la région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

À propos de Sphera
Sphera crée un monde plus sûr, plus durable et plus productif. Notre plateforme innovante de gestion des risques basée sur le cloud connecte une quantité sans précédent d’informations qui permettent d’obtenir des connaissances plus approfondies au sein d’une entreprise. Nous mettons en œuvre, intensifions et optimisons les stratégies intégrées de gestion des risques afin d’aider les clients à identifier, gérer et atténuer les risques dans les domaines de l’environnement, de la santé, de la sécurité et de la durabilité, de la gestion des risques opérationnels et de la gérance des produits.

Pour tout complément d’information, veuillez contacter :
Ellen Bremseth, directrice des communications marketing chez Sphera, ebremseth@sphera.com