L’Union européenne et SPARK soutiennent l’innovation et l’esprit d’entreprise dans la région MENA

L’Union européenne (UE) finance un programme régional d’une valeur de 8 millions d’euros sur quatre ans en collaboration avec SPARK, une organisation non gouvernementale internationale. Ce financement a pour fin d’aider à remodeler les communautés d’affaires du voisinage sud pour réaliser un avenir plus inclusif , durable et axé sur la technologie.

Ce communiqué de presse contient des éléments multimédias. Voir le communiqué complet ici : https://www.businesswire.com/news/home/20220315005751/fr/

L'Union européenne (UE) finance un programme régional d'une valeur de 8 millions d'euros sur quatre ans en collaboration avec SPARK, une organisation non gouvernementale internationale. Ce financement a pour fin d’aider à remodeler les communautés d'affaires du voisinage sud pour réaliser un avenir plus  inclusif , durable et axé sur la technologie. (Photo : Business Wire)

L’Union européenne (UE) finance un programme régional d’une valeur de 8 millions d’euros sur quatre ans en collaboration avec SPARK, une organisation non gouvernementale internationale. Ce financement a pour fin d’aider à remodeler les communautés d’affaires du voisinage sud pour réaliser un avenir plus  inclusif , durable et axé sur la technologie. (Photo : Business Wire)

Alors que la région MENA devrait s’adapter aux problèmes environnementaux complexes et à l’évolution rapide des comportements sociaux et économiques, les jeunes entrepreneurs prennent l’initiative de la transition vers un avenir plus vert, écologique et durable.

Selon une étude publiée en 2018, « les résultats ne proviennent que de l’entrepreneuriat durable qui intègre les trois piliers du développement durable: économique, environnemental et social ». Les entrepreneurs dans les pays partenaires deviennent de plus en plus orientés vers la technologie et sensibilisés aux questions sociales et environnementales. Les communautés internationales réagissent en accordant un soutien plus personnalisé à ces initiatives qui s’avèrent efficaces et fructueuses années après l’autre.

L’UE est l’un des principaux acteurs de ce changement mondial. Grâce à une présence active dans le monde entier, en particulier au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l’Union européenne s’accoude sur les succès des projets précédents qui promeuvent un avenir plus vert, socialement responsable et axé sur la technologie pour les jeunes entrepreneurs.

SPARK, en collaboration avec deux de ses partenaires régionaux, IACE (Tunisie) et Ruwwad (Jordanie), est financée par l’UE pour concevoir, mettre en œuvre et améliorer des écosystèmes de start-up en Palestine, en Jordanie, au Liban et en Tunisie. Dirigées par des réfugiés et des communautés locales, avec un accent particulier sur les femmes et les jeunes vulnérables, les entreprises seront soutenues pour pouvoir se développer et créer des emplois durables et décents pour la prospérité économique de la région. Le projet accélérera la tendance actuelle du développement vers la mise à l’échelle et l’équipement des écosystèmes, se munissant des moyens nécessaires pour reproduire leurs meilleures pratiques.

Yannick du Pont, Fondateur et PDG de SPARK a déclaré : « Avec un budget important et une durée à long terme, le projet apportera un soutien global visant à renforcer la compétitivité et une croissance plus rapide, ainsi que la capacité des PME locales à générer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité. Il vise à influencer et à améliorer l’environnement actuel des affaires, en le rendant plus propice à une économie innovante et fondée sur la connaissance ».

Henrike Trautmann, directrice par intérim pour le voisinage Sud et la Turquie à la DG NEAR (direction générale des négociations de voisinage et d’élargissement – Commission européenne) a souligné : « Cette importante initiative régionale contribuera à la création d’emplois durables dans le voisinage sud. Nous aboutissons à notre objectif notamment à travers le renforcement des capacités des acteurs de l’écosystème, l’échange d’expertise et la coopération avec les clusters et réseaux européens, ouvrant ainsi la voie à un avenir plus vert et plus inclusif ».

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.