Moody’s s’apprête à acquérir une participation majoritaire dans GCR Ratings pour renforcer sa présence en Afrique

Moody’s Corporation (NYSE: MCO) annonce avoir conclu l’acquisition d’une participation majoritaire (51%) dans Global Credit Rating Company Limited (GCR). GCR est une agence de notation de crédit en Afrique avec des opérations dans tout le continent, y compris en Afrique du Sud, au Nigeria, au Sénégal, au Kenya, et à Maurice.

« Les notations de GCR jouent un rôle significatif dans la croissance des marchés financiers africains en fournissant des perspectives cruciales sur les crédits dans un large éventail d’économies et de secteurs », déclare Rob Fauber, PDG de Moody’s. « En combinant les opérations nationales de GCR à l’expertise mondiale de Moody’s, nous créons une opportunité unique de renforcer la présence de Moody’s dans une région à forte croissance. »

Marc Joffe, PDG de GCR: « Il s’agit d’une transaction historique pour GCR, qui nous permet de consolider nos perspectives des marchés locaux et un quart de siècle de croissance sur tout le continent. Elle nous offrira en outre l’occasion de développer des solutions répondant aux besoins de nos clients, notamment en matière de notations de crédit, de gestion des risques, et de capacités ESG. »

Moody’s s’engage en faveur de la transformation économique en Afrique du Sud et considère l’autonomisation comme un élément important de la future réussite de son investissement dans in GCR. Dans cette optique, Moody’s se rapproche d’un partenaire d’autonomisation sud-africain qui fournira un soutien stratégique local par le biais d’une prise de participation et d’une représentation substantielles au sein du conseil de GCR South Africa.

Moody’s et GCR s’engagent également à jouer un rôle sociétal positif. En Afrique du Sud, Moody’s et GCR projettent de promouvoir les initiatives de responsabilité sociale, y compris dans les entreprises sociales fournissant une éducation et une assistance aux dirigeantes et entrepreneuses.

Suite à cette transaction, GCR continuera à développer ses propres méthodologies de notation, émettra ses propres notations de crédit, et conservera une équipe de direction distincte.

La transaction est sujette aux approbations réglementaires usuelles. Les clauses transactionnelles n’ont pas été divulguées. Financée par l’encaisse, la transaction devrait être finalisée au T2 2022 et n’aura pas d’impact notable sur les résultats financiers 2022 de Moody’s.

À PROPOS DE MOODY’S CORPORATION

Moody’s (NYSE: MCO) est une société internationale spécialisée dans l’évaluation des risques, qui permet aux organisations de prendre de meilleures décisions. Nos solutions d’analyse, de données et nos perspectives aident les décideurs à identifier des opportunités et à gérer les risques inhérents aux transactions commerciales. Nous pensons qu’une transparence accrue, des décisions plus éclairées et un accès équitable à l’information ouvrent la porte au progrès partagé. Comptant plus de 13 000 employés dans plus de 40 pays, Moody’s allie présence internationale, expertise locale et plus d’un siècle d’expérience sur les marchés financiers. Pour en savoir plus, rendez-vous sur moodys.com/about.

DÉCLARATION RELATIVE AUX DISPOSITIONS « SAFE HARBOR » DU PRIVATE SECURITIES LITIGATION REFORM ACT DE 1995

Certaines déclarations figurant dans le présent communiqué de presse sont des énoncés prospectifs. Ces énoncés prospectifs sont basés sur les attentes, les plans et les perspectives futurs concernant les affaires et les activités de Moody’s, lesquelles impliquent un certain nombre de risques et d’incertitudes. Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse sont formulés à la date du présent communiqué et Moody’s rejette toute obligation de compléter, mettre à jour ou réviser ces énoncés au fur et à mesure de l’évolution des faits, que ce soit suite à des événements ultérieurs, à des changements dans les prévisions ou pour toute autre raison. Relativement aux dispositions de règle refuge (safe harbor) du Private Securities Litigation Reform Act de 1995, Moody’s identifie certains facteurs qui pourraient entraîner une différence, éventuellement substantielle, entre les résultats réels et ceux qui figurent dans ces énoncés prospectifs. Parmi ces facteurs, risques et incertitudes figurent l’impact de la COVID-19 sur la volatilité sur les marchés financiers américains et internationaux, sur les conditions économiques générales et le PIB aux États-Unis et dans le monde, et sur les opérations et les effectifs de Moody’s; de futures perturbations sur le marché mondial des crédits ou de futurs ralentissements économiques, qui pourraient affecter le volume de la dette et d’autres titres émis sur les marchés de capitaux nationaux et/ou internationaux; d’autres paramètres susceptibles d’affecter le volume de la dette et les autres titres émis sur les marchés de capitaux nationaux et/ou mondiaux, y compris les questions de réglementation, les préoccupations liées à la qualité du crédit, les variations des taux d’intérêt, l’inflation et la volatilité sur les marchés financiers tels que ceux dus au Brexit et à l’incertitude que créée l’abandon du LIBOR par les entreprises; le niveau des activités de fusion et d’acquisition aux États-Unis et à l’étranger; l’efficacité incertaine et les conséquences collatérales possibles des mesures prises par les gouvernements américain et étrangers sur les marchés du crédit, le commerce international et la politique économique, y compris celles liées aux tarifs douaniers, aux accords fiscaux et aux barrières commerciales; les inquiétudes quant à la possibilité que le marché porte atteinte à notre crédibilité ou nuise de quelque manière que ce soit aux perceptions du marché à l’égard de l’intégrité ou de l’utilité des notations des agences de crédit indépendantes; le lancement par d’autres entreprises de produits ou de technologies concurrents; la pression sur les prix exercée par les concurrents et/ou les clients; le degré de réussite du développement de nouveaux produits et de l’expansion mondiale; l’impact de la réglementation sur Moody’s en sa qualité de NRSRO (organisation de notation statistique reconnue au niveau national), la potentielle entrée en vigueur de nouvelles lois et réglementations américaines, étatiques et locales; le renforcement potentiel de la concurrence et de la réglementation dans l’UE et dans d’autres juridictions étrangères; l’exposition à des litiges en relation avec nos notations de crédit, ainsi qu’à tout autre litige, toute procédure réglementaire, investigation ou enquête gouvernementale dont Moody’s peut faire l’objet de temps à autre; les dispositions de la législation américaine modifiant les normes de procédure et les réglementations de l’UE modifiant les normes de responsabilité applicables aux agences de notation de crédit d’une manière défavorable à ces agences; les dispositions des réglementations de l’UE imposant des exigences procédurales et de fond supplémentaires en matière de tarification des services et d’extension des attributions de surveillance en vue d’y inclure les notations non-UE utilisées à des fins réglementaires; la perte possible d’employés clés; les défaillances ou dysfonctionnements de nos opérations et de notre infrastructure; les vulnérabilités aux cybermenaces et autres questions de cybersécurité; le résultat de tout examen des initiatives mondiales de la Société en matière de planification fiscale par des autorités de contrôle fiscal; l’exposition à des sanctions pénales ou recours civils potentiels si Moody’s ne respecte pas les lois et réglementations américaines et étrangères applicables dans les juridictions où Moody’s exerce des activités, y compris les lois sur la protection des données et de la vie privée, les lois imposant des sanctions, les lois anti-corruption et les lois locales interdisant le versement de pots-de-vin à des agents publics; l’impact des fusions, acquisitions et autres rapprochements de sociétés et la capacité de Moody’s à intégrer avec succès les entreprises rachetées; la volatilité des devises et des taux de change; le niveau des flux de trésorerie futurs; le niveau des dépenses d’investissement; le déclin éventuel de la demande des établissements financiers en outils de gestion du risque de crédit. D’autres facteurs, risques et impondérables relatifs à notre acquisition de RMS pourraient provoquer un écart, potentiellement substantiel, entre nos résultats réels et ceux indiqués dans ces énoncés prospectifs, y compris mes risques relatives à l’intégration des opérations, produits et employés de RMS dans Moody’s et la possibilité que les synergies et autres avantages de l’acquisition ne se réalisent pas dans la mesure anticipée ou dans les délais attendus; les risques que l’acquisition puisse avoir un effet négatif sur l’activité de RMS ou ses perspectives, notamment sur les relations avec les distributeurs, fournisseurs ou clients; les réclamations faites de temps à autre par les vendeurs, les fournisseurs et les clients; les changements aux États-Unis, en Europe (principalement au Royaume-Uni), au Japon, en Inde ou sur les marchés mondiaux, ayant un effet négatif sur l’activité de RMS. Ces facteurs, risques et incertitudes, ainsi que d’autres risques et incertitudes susceptibles de provoquer un écart important entre les résultats réels de Moody’s et les résultats envisagés, exprimés, projetés, anticipés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs, sont aujourd’hui amplifiés par l’épidémie de Covid-19, ou pourraient l’être à l’avenir; ils sont décrits plus en détail dans la rubrique « Risk Factors » dans la Partie I de l’article 1A du rapport annuel de Moody’s sur formulaire 10-K pour l’exercice clos au 31 décembre 2020, et dans d’autres documents déposés de temps à autre par Moody’s auprès de la SEC ou dans les documents intégrés aux présentes ou les documents auxquels il est fait référence. Nous avertissons les actionnaires et investisseurs que la survenue de n’importe lequel de ces facteurs, risques ou incertitudes pourrait provoquer un écart important entre les résultats réels de Moody’s et les résultats envisagés, exprimés, projetés, anticipés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs, ce qui pourrait avoir une incidence défavorable importante sur les activités, les résultats d’exploitation et la situation financière de Moody’s. De nouveaux facteurs sont susceptibles d’apparaître de temps à autre et il est impossible à Moody’s de les prédire; Moody’s n’est pas non plus en mesure d’évaluer l’effet potentiel que peut avoir sur elle un quelconque nouveau facteur.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.