Press release

Soyez à l’avant-garde de la révolution du distanciel pour pérenniser votre entreprise

0
Sponsorisé par businesswire

Un an après la révolution mondiale du télétravail, le passage au travail à domicile et au travail depuis n’importe quel lieu a déjà eu des effets profonds sur la transformation numérique des entreprises ainsi que sur les préoccupations en matière de sécurité des données. Selon la nouvelle étude de Lenovo intitulée « Future of Work and Digital Transformation » (L’avenir du travail et la transformation numérique), une grande majorité des entreprises (83 %) prévoit de télétravailler au moins la moitié du temps, tandis que 60 % des employés sont non seulement d’accord, mais heureux de le faire. Ces nouvelles découvertes font partie d’une enquête mondiale menée début 2021 dans 14 marchés auprès de plus de 8 000 employés et décideurs informatiques travaillant pour des entreprises de toutes tailles sur l’impact du télétravail, y compris la satisfaction au travail, les défis technologiques et les solutions.

Ce communiqué de presse contient des éléments multimédias. Voir le communiqué complet ici : https://www.businesswire.com/news/home/20210323005547/fr/

(Photo: Business Wire)

(Photo: Business Wire)

Parmi les informations clés, il en ressort que les travailleurs semblent avoir atteint leur vitesse de croisière dans leur nouvelle vie basée sur le télétravail. La plupart des employés (83 %) souhaitent un modèle de travail hybride post-COVID, ce que les entreprises affirment être plus qu’heureuses de mettre en place, car elles savent que c’est un bon moyen de stimuler l’engagement des employés et d’attirer de nouveaux talents. La mise en place du télétravail a entraîné un changement dans l’adoption du numérique, avec une utilisation accrue des périphériques personnels pour le travail ; une adoption plus large du cloud et des logiciels de collaboration ; et un accent accru mis sur la sécurité des données parmi toutes les fonctions informatiques dans les entreprises de diverses tailles. L’étude montre également que les fournisseurs de confiance de technologies devront jouer un rôle clé dans le développement de futures stratégies numériques, tandis que le Device-as-a-Service (DaaS) gagne du terrain parmi les grandes entreprises pour faciliter la mise à disposition de périphériques technologiques de pointe aux employés, et pour permettre de libérer des ressources précieuses au bénéfice de priorités plus stratégiques.

« Les entreprises et leurs employés étant optimistes quant à l’avenir du travail hybride et de la collaboration à distance, les services informatiques actuels sont confrontés à une hausse des coûts des ressources liés à la sécurité et à la conformité des données », a déclaré Gianfranco Lanci, président et chef d’exploitation de Lenovo. « Plus que jamais, les entreprises ont besoin de partenaires technologiques fiables pour les aider à gérer entièrement leur matériel, leurs logiciels et leurs services afin de maximiser la valeur et de renforcer la sécurité. »

Les employés surmontent le burn out lié au télétravail et commencent à adopter le travail hybride

Contrairement aux craintes initiales selon lesquelles le télétravail aurait pu entraîner une augmentation des burn outs des employés au cours de la première année de la pandémie, l’étude de Lenovo a montré que la plupart des travailleurs se sont remarquablement bien adaptés au travail en mode WFH et WFA, 70% déclarant que la flexibilité les rend plus satisfaits de leur travail en général. Environ 60 % des employés interrogés ont déclaré désormais préférer le télétravail au moins la moitié du temps, tandis que plus d’un tiers préfèrent travailler en mode WFH/WFA la plupart du temps ou tout le temps. Ce sentiment augmente chez les employés de grandes entreprises, les deux tiers environ des répondants qui travaillent pour de grandes entreprises préférant télétravailler au moins la moitié du temps. Il n’est pas inhabituel, surtout dans les grandes organisations, de travailler avec des équipes réparties sur tous les continents et fuseaux horaires, ce qui rend l’emplacement physique d’un bureau moins pertinent si l’on souhaite une collaboration efficace.

Les employés citent néanmoins un certain nombre de défis. Les connexions Internet lentes ou instables à la maison constituent le défi principal. En outre, environ la moitié des employés de moyennes entreprises (50 %) et de petites ou très petites entreprises (42 %) signalent des retards ou des difficultés pour obtenir tout type de support informatique en cas de besoin. Les entreprises voudront peut-être envisager des PC toujours connectés avec norme LTE ou la 5G intégrées comme moyen d’offrir aux employés la liberté de ne pas dépendre uniquement du réseau Wi-Fi domestique et pour assurer une meilleure sécurité. Des appareils, des services et des solutions logicielles plus intelligents capables de s’auto-diagnostiquer et de prévenir les problèmes informatiques peuvent également aider les petites entreprises qui ne disposent généralement pas d’une équipe de support informatique très robuste.

Si l’on considère que 90 % des travailleurs interrogés ont déclaré souhaiter continuer à avoir la possibilité de se rendre au bureau pour être en contact avec des collègues, et que 56 % de ces mêmes travailleurs ont déclaré qu’ils étaient plus productifs à la maison, il apparaît évident que le rôle du bureau va évoluer. Le bureau n’est plus uniquement le lieu où le travail s’effectue ; il est train de devenir un lieu où l’on peut se connecter et collaborer tout en réservant le travail approfondi et les temps de concentration pour la maison.

L’estompement de la distinction entre les appareils numériques personnels et professionnels des employés est à l’image de la manière de notre mode de travail

Le télétravail a aussi conduit à une nouvelle suite de solutions matérielles, logicielles et de services numériques. Les périphériques et les technologies que chacun utilise dans le cadre du travail deviennent davantage personnels et collaboratifs à la fois. Les employés utilisent de plus en plus leurs appareils personnels (tels que les ordinateurs portables, les smartphones et les tablettes) pour le travail, et 79 % des employés interrogés ont indiqué qu’ils utilisaient désormais leur smartphone pour des tâches liées au travail telles que les appels vocaux et vidéo, les e-mails et les discussions de travail. En ce qui concerne les PC, des technologies telles que la suppression des bruits basée sur l’IA pendant les appels, les obturateurs de webcam pour assurer la confidentialité lorsque la caméra n’est pas utilisée, la protection oculaire pour réduire la lumière bleue naturelle des écrans et le refroidissement des appareils font partie des principales fonctionnalités auprès des employés d’entreprises de toutes tailles. Cependant, les travailleurs ne profitent pas suffisamment des programmes d’entreprise permettant de financer leurs achats technologiques. Même si 80 % des services informatiques ont déclaré être disposés à couvrir les achats d’équipements de travail, il semble parfois que seulement 22 % des employés aient profité de ces politiques.

Sans surprise, les clouds de collaboration et les outils logiciels pour des besoins tels que les appels vidéo et la collaboration simultanée sur des documents sont désormais essentiels pour 97 % des employés. Près de deux tiers des répondants affirment également que ces outils contribuent à améliorer leur productivité et leur efficacité.

L’innovation d’abord, la sécurité toujours – Il n’y a pas de transformation numérique sans sécurité ni services numériques

Avec l’utilisation croissante d’outils de cloud et de collaboration connectés à distance – où même les appareils domestiques intelligents peuvent augmenter le risque pour les données de l’entreprise lorsque les employés se connectent depuis leur domicile – la sécurité des données est naturellement passée au premier plan des considérations des services informatiques et représente désormais la priorité numéro un en matière de transformation numérique. Cette préoccupation met une pression croissante sur les ressources des départements informatiques. Les ITDM déclarent se sentir mieux préparés à une nouvelle pandémie qu’à des menaces mettant en cause la sécurité des données. Ce sont les questions de sécurité et de conformité des données qui siphonnent désormais le plus de temps et d’argent parmi les fonctions informatiques, tandis que la plupart des grandes et moyennes entreprises souscrivent déjà à un service de sécurité informatique.

Les entreprises de toutes tailles devront se demander comment se protéger au mieux grâce à l’intégration de services de sécurité partenaires, et s’engager dans une approche de la sécurité plus agile, centrée sur l’entreprise, qui soit également axée sur le cloud et sur les données. Face à ces préoccupations croissantes, la quasi-totalité des entreprises déclarent avoir mis en place une forme de plan de continuité, comme la sauvegarde des données dans le cloud (45 %), la sauvegarde des données physiques (39 %) et la formation à la sécurité des données (39 %).

Face à l’essor de la culture de l’abonnement, les répondants ITDM – en particulier ceux des moyennes et grandes entreprises – ont en outre exprimé un intérêt croissant pour les solutions DaaS capables de maintenir le matériel à jour, de faire évoluer les besoins technologiques au fil du temps et même de libérer du temps et des ressources pour des projets plus stratégiques. Avec un dixième des entreprises qui s’abonnent actuellement à un service de type DaaS, près des deux tiers (63 %) manifestent davantage d’intérêt vis-à-vis de ce type de service – indiquant que la tendance du « tout en tant que service » (everything-as-a-service, EaaS) est de plus en plus en train de basculer du domaine du consommateur au domaine commercial. On doit s’attendre à ce que le modèle EaaS se développe et accélère également les déploiements informatiques vers des solutions clés en main – raccourcissant les délais qui ne se compteront plus en mois mais en jours.

Accédez aux résultats complets de l’étude ici :https://news.lenovo.com/press-kits/lenovo-future-of-work-study-march-2021/

À propos de l’étude « Future of Work and Digital Transformation » (L’avenir du travail et la transformation numérique) de Lenovo

Le travail de terrain pour cette étude a été mené via une enquête quantitative qui s’est déroulée du 15 janvier au 11 février 2021, auprès d’un total de 8 533 répondants à travers le monde. L’échantillon de l’enquête était composé d’un nombre presque égal de répondants de chacun des marchés suivants : Allemagne, Australie, Brésil, Chine, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie et Singapour. Les répondants comprenaient des utilisateurs finaux professionnels actuellement en télétravail mais qui travaillaient au bureau avant la pandémie et des décideurs informatiques dont les entreprises ont appliqué des changements quant à la politique ou au lieu de travail en raison de la pandémie qui a commencé en mars 2020.

À propos de Lenovo

Lenovo (HKSE : 992) (ADR : LNVGY) est une société du classement Fortune Global 500 qui pèse 50 milliards USD, emploie 63 000 personnes, et exerce ses activités dans 180 marchés à travers le monde. Focalisés sur une vision audacieuse qui est de fournir une technologie plus intelligente à tous, nous développons des technologies transformatrices qui créent une société numérique plus inclusive, plus fiable et plus durable. En concevant et construisant le portefeuille le plus complet d’infrastructures et d’appareils intelligents au monde, nous avons également pris la tête d’une Transformation Intelligente, dont l’objectif est de créer de meilleures expériences et opportunités pour des millions de clients à travers le monde. Pour en savoir plus, visitez https://www.lenovo.com, suivez-nous sur LinkedIn, Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, Weibo, et lisez les toutes dernières nouvelles via notre StoryHub.

LENOVO est une marque commerciale de Lenovo. Toutes les autres marques commerciales appartiennent à leurs propriétaires respectifs. ©2021, Lenovo Group Limited.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.