Prévisions : le grand n'importe quoi

Cloud

La crise bouche toute visibilité, mais les cabinets d’études multiplient des prévisions contradictoires

Les cabinets d’études type Gartner, IDC ou iSuupli sont très influents dans le monde IT. Leurs prévisions et leurs analyses font souvent trembler les géants du secteur et leur crédibilité est rarement remise en doute.

Pourtant, force est de constater qu’actuellement, c’est le grand n’importe quoi. La visibilité économique est quasi-nulle ? Pas grave, les spécialistes multiplient les études sectorielles pour toute l’année 2009. Résultat, sur le même terrain on observe des résultats très éloignés les uns des autres voire contradictoires. Conséquence : on y comprend rien et les conclusions sont impossibles à tirer, ensuite, les cabinets perdent en crédibilité.

Deux exemples parmi d’autres : celui des PC et des mobiles. Dans les PC, le redouté Gartner a publié ses prévisions le 2 mars dernier. Il table sur 257 millions de machines écoulées cette année, soit un repli de 12% sur un an. Très bien.

Mais quelques jours après, c’est son grand concurrent IDC qui sort sa calculette. Visiblement, ses experts ont une toute autre vision de ce marché puisqu’il estiment le recul mondial à seulement 4,5% (282 millions de machines). Quant à iSuppli, c’est une croissance de 0,7% qu’il envisage… Ce n’est plus un écart, c’est un fossé.

Dans les mobiles, le grand écart est similaire. Alors que certains instituts d’études, prudents, ne font pas de prévisions, certains affichent comme le Gartner un -4% annuel. Informa Telecoms & Media table lui sur un repli de 10% (!).

Dans les smartphones, quand Informa table sur une croissance de 35%, iSuppli donne une fourchette comprise entre 6 et 11%…

Comment expliquer ces différences ? Les variables sont tellement fortes qu’il est quasiment impossible de dresser des perspectives précises, alors à quoi bon balancer des chiffres régulièrement ? Occuper le terrain ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur