Pour gérer vos consentements :

Privé de MacBook Pro, un développeur sauvé par un Raspberry Pi 3

Peut-on se passer de son ordinateur ? La réponse est souvent non, mais pour Pierre-Gilles Leymarie, développeur Node.js, cette expérience a pris une autre tournure, qu’il relate sur son blog. L’histoire débute par l’oubli dans un taxi parisien de son MacBook Pro sur lequel il a l’habitude de travailler notamment au code d’un assistant domestique nommé Gladys. Ce dernier est basé sur une carte Raspberry Pi 3.

Dans son blog, il explique vouloir attendre une semaine avant de considérer son ordinateur définitivement perdu. Mais que faire sans PC pendant une semaine ?, peut-on lire. « Ce n’est pas vrai, j’ai un PC à la maison, le Rapsberry Pi 3 », s’exclame le jeune développeur. Dès lors, il a décidé de configurer ce micro-ordinateur en PC d’appoint.  Une affaire rondement menée en installant une vieille souris, un clavier USB tout aussi ancien et un écran 22 pouces HDMI. Pour la partie OS, il a installé Raspbian Jessie en l’adaptant pour retrouver un environnement de développement plus proche de celui qu’il a sur son MacBook Pro. Il a ainsi  remplacé VS Code par VIM à travers un plugin JavaScript.

Silencieux, mais une RAM limitée

Cette transformation lui a permis de constater que plusieurs outils sont vraiment lents sur Raspberry Pi et de citer les noms d’UglifyJS, Webpack et Babel. Pour le navigateur web, il a choisi de surfer avec Chromium, mais trouve que l’ouverture de plusieurs onglets constitue des process séparés gourmands  en RAM (150 à 200 Mo). Le Raspberry Pi 3 comprend seulement 1 Go de RAM. Pour l’éditeur de texte, il a misé sur Evernote. Au démarrage, le développeur est émerveillé par le silence de sa configuration. « Le MacBook Pro est silencieux, mais pas autant. »

Au final, le développeur reste philosophe sur son expérience. « J’ai été impressionné par la vitesse et la maniabilité du Raspberry Pi en mode desktop. Ce n’est résolument pas pour compiler des gros projets, ni de la vidéo 4K, mais pour blogger, surfer et faire du développement simple, cela fonctionne. » Et de conclure qu’il croise les doigts pour que son MacBook Pro réapparaisse.

A lire aussi :

Un malware Linux force les Raspberry Pi à miner de la crypto-monnaie

Kaspersky transforme le Raspberry Pi en outil de piratage

Recent Posts

Collaboratif : Jamespot étoffe son portefeuille avec Diapazone

L'éditeur logiciel français Jamespot ajoute la brique d'orchestration de réunions Diapazone à son offre collaborative…

2 jours ago

Gestion des secrets : pourquoi les équipes DevOps sont à la peine

Les pratiques DevOps de gestion des secrets d'une majorité d'organisations ne sont pas normalisées et…

2 jours ago

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche de la visioconférence et qu'attendre de leurs offres ? Éléments…

2 jours ago

Fargate : une nouvelle étape dans la transition Arm d’AWS

Le moteur serverless Fargate vient allonger la liste des services AWS exploitables avec les instances…

2 jours ago

Ransomware : l’essor de la cybercriminalité en tant que service

En France, le nombre d'attaques par rançongiciels (ransomwares) a augmenté de 255% en une année,…

2 jours ago

Sécurité du cloud : Google dresse un état des lieux

Le détournement de ressources cloud, par quels moyens et à quelles fins ? Un rapport…

2 jours ago