Prix des télécoms : la tendance à la baisse se confirme sauf aux USA

Régulations

L’Allemagne est le pays le moins cher, toutes catégories confondues

Pression concurrentielle, pression des régulateurs et émergence de la téléphonie sur IP ont participé à la poursuite de la baisse du prix des télécommunications dans le monde. Une bonne nouvelle pour le consommateur, notamment professionnel. Selon une étude de NUS Consulting, qui couvre 14 pays, la tendance générale à la baisse se confirme une fois de plus pour les tarifs des appels locaux, nationaux et internationaux. Cependant, quelques exceptions notables ont été observées avec une augmentation du prix des appels locaux en Espagne et au Danemark ou une hausse du coûts des appels nationaux pour les Etats-Unis ou le Danemark.

Par catégories, l’étude montre que la baisse du prix des appels locaux n’a pas été aussi forte qu’en 2005. Surtout, il existe de fortes disparités selon les pays. Ainsi, le Royaume-Uni, l’Australie, la Suède, l’Allemagne et l’Italie voient leur prix d’appels locaux diminuer de respectivement 18%, 8,7%, 11,3%, 14,3% et 4,1%. L’Espagne voit ses tarifs augmenter de 35,4% par rapport à l’année dernière. Les hausses sont plus modérées pour le Danemark (13,2%), la Finlande (6%), et les Etats-Unis (5,9%). La Belgique reste le pays où les appels locaux sont les plus chers, a contrario, ces appels restent gratuits au Canada. Concernant les appels nationaux, l’étude souligne une 4e année de baisse consécutive. Les baisses sont comprises entre 3% pour l’Espagne et 19,2% pour l’Australie. Le Danemark (+13,2%) reste, cette année encore, une exception, tout comme les Etats-Unis qui enregistrent une hausse de 19,2% et deviennent ainsi le pays où les coûts des appels nationaux sont les plus élevés (0,288 euro pour 3 minutes). La Suède conserve la dernière place du classement avec des appels nationaux encore en baisse à 0,061 euro pour 3 minutes.

Du côté des appels internationaux, après une certaine flambée en 2005, les prix semblent se stabiliser. Entre 2005 et 2006, trois pays enregistraient un accroissement de ces tarifs, dont la France avec une hausse spectaculaire de 18,3%. Cette année, seuls l’Espagne et la Belgique voient leur prix augmenter de respectivement 7,5% et 4,4%. Les coûts des appels internationaux restent stables en France à 0,217 euro pour 3 minutes. L’Australie s’illustre cette année encore avec une baisse spectaculaire (-29,4%) mais c’est l’Afrique du Sud qui enregistre la plus forte diminution de ses tarifs à l’international (-29,7%). Trois minutes de conversation à l’international coûtent 0,574 euro

aux Etats-Unis, le pays le plus cher, et 0,098 euro en Allemagne, le dernier du classement. L’Allemagne est d’ailleurs un des pays les moins chers au monde en matière de tarifs de télécommunications, toutes catégories confondues. Concernant les mobiles, l’étude observe des hausses spectaculaires dans deux pays : les Pays-Bas (+40,3%) et l’Australie (+35,3%). Tout comme pour le prix des appels internationaux, les tarifs des appels mobiles sont très disparates puisque 3 minutes de conversation sur un téléphone mobile coûtent 0,583 euro au Royaume-Uni et « seulement » 0,129 euro aux Etats-Unis. Enfin, à propos des prix d’un circuit T1/E1 (marché entreprises), l’étude révèle un écart de prix supérieur à 12 (contre 7 l’année passée) avec un coût variant entre 83,19 euros en Allemagne et 1.061,12 euros au Royaume-Uni. L’Allemagne remplace la Finlande en fin de classement avec une baisse spectaculaire de 44,4% de ses coûts. La France, qui enregistrait l’année dernière la plus forte baisse (-24,5%), voit ses tarifs rester stables entre 2006 et 2007. Les E tats-Unis subissent la plus forte hausse qui reste cependant

limitée à 8%.

Focus sur la France

Selon NUS Consulting, la tendance est à la stabilisation dans notre pays, notamment pour les appels longues distances qui avaient flambée de 18% entre 2005 et 2006. Les tarifs des opérateurs semblent se stabiliser et le nouvel enjeu, tiré par le marché grand public, s’oriente vers le développement de boucles locales en fibre optique dans les zones denses, note l’étude. La baisse est par contre notable pour les mobiles, concurrence et portabilité du numéro oblige. Les prix ont ainsi baissé de 9,42% entre février 2006 et février 2007. “La récente fusion entre Neuf et Cégétel, après avoir, pendant un temps, ralenti la concurrence et stabilisé les coûts en matière de téléphonie fixe, devrait à terme relancer la hausse des prix. La Voix sur IP devrait par ailleurs continuer à se développer puisque les principaux opérateurs proposent désormais une bande passante plus large et des conditions tarifaires avantageuses”, souligne Jacques Claudel, Directeur Général de NUS Consulting France.

Par type d’appel, voici la position de la France au sein des 14 pays étudiés : – 6ème des pays les plus chers pour les appels locaux avec 0,088 euro/3 minutes ; – 8ème rang pour les appels nationaux (0,115 euro/3 minutes) ; – 8ème rang pour les appels internationaux avec 0,217 euro/3 minutes ; – 4ème rang pour les appels de téléphonie mobile avec un coût de 0,452 euro/3 minutes. – 6ème rang pour les frais fixes de ligne (16,80 euros) ; – 5ème rang pour les coûts d’un circuit T1/E1 (470,21 euros).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur