Processeurs Atom et ARM : le match !

Cloud
Crédit photo : © Martin Bech - Fotolia.com

Qui est le plus puissant des processeurs entre le ténor des Intel Atom et celui des architectures ARM ? Intel bien sûr, mais peut-être plus pour très longtemps. La situation pourrait en effet tourner à l’avantage d’ARM courant 2012.

Nos confrères de Phoronix viennent de publier un dossier intéressant, qui permet de comparer les performances de puces x86 à celles d’un ARM, l’OMAP 4 de Texas Instruments.

Du côté des Atom, nous trouvons le vieillissant N270, un composant monocœur cadencé à 1,6 GHz (2 threads). Il est ici opposé à un OMAP4460 double cœur cadencé à 1,2 GHz.

Intel grand vainqueur

Au test portant sur les nombres entiers, le N270 est 59 % plus rapide que l’OMAP 4. La situation est encore pire pour le composant ARM avec les nombres flottants, l’Atom étant alors 2,16 fois plus rapide.

Pour les tests applicatifs, les écarts se réduisent, mais restent en faveur de l’Atom : +102 % en compression vidéo, +69 % en compression de fichiers, +32 % en compression audio, +19 % en rendu 3D, +18 % en traitement d’images et +3 % en chiffrement de données.

L’offre d’Intel bat donc à plate couture celle de Texas Instruments en terme de puissance pure (lorsqu’il est question de ratio performance sur watt, l’architecture ARM reprend naturellement le dessus).

Pas de changements en vue pour le premier semestre 2012

Le N270 comme l’OMAP 4 ne sont pas les processeurs les plus rapides du marché. Nous avons donc joué avec la règle de trois pour simuler la comparaison entre un NVIDIA Tegra 3 cadencé à 1,3 GHz (4+1 cœurs) et un Atom N2800 cadencé à 1,86 GHz (2 cœurs, 4 threads). Ce sont à ce jour les deux offres les plus performantes dans le monde de l’ultramobilité pour les ARM et les Atom.

Les écarts restent en faveur de l’Atom, mais se réduisent : +53 % sur les entiers, fois 2,08 sur les flottants, +94 % en compression vidéo, +63 % en compression de fichiers, +27 % en compression audio, +14 % en rendu 3D, +14 % en traitement d’images et un résultat identique pour les deux puces en chiffrement de données.

Sur le papier, l’Atom N2800 écrase donc assez largement le Tegra 3.

Au-delà, la situation pourrait tourner en faveur d’ARM

Le problème d’Intel, c’est que l’architecture des puces Atom n’évolue que peu (ou pas), la firme ne souhaitant pas concurrencer ces composants Core à basse consommation. Il suffit pour cela de voir la différence séparant un N570 d’un N2800.

À l’opposé, chez ARM, tout va très vite. Les cœurs Cortex-A15 devraient ainsi voir le jour courant 2012. Ils seront – à fréquence égale – au moins 25 % plus rapides que les cœurs Cortex-A9 intégrés au Tegra 3. Ils pourront également fonctionner à des fréquences dépassant les 2 GHz. Un Tegra 4 à 2 GHz devrait donc mettre à genoux l’Atom N2800 (hormis en compression vidéo logicielle et en calculs sur les nombre flottants).

Augmentation du nombre de cœur des Atom, amélioration massive de leur architecture interne ou hausse de leur fréquence de fonctionnement, Intel se doit de préparer une réponse à cette menace.

Crédit photo : © Martin Bech – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur