Profit warning pour Sony Ericsson

Cloud

De quoi encore alimenter les rumeurs d’un retrait d’Ericsson de la joint-venture

Rien ne va plus pour Sony Ericsson. Le numéro cinq mondial de la téléphonie continue à s’enfoncer dans le rouge, trimestre après trimestre. Le fabricant vient d’ailleurs de publier un avertissement pour les trois premiers de l’année et évoque pour la période des ventes médiocres pénalisées par une demande faible.

Pour le premier trimestre 2009, le nippo-suédois ne table que sur 14 millions de terminaux écoulés contre 24 millions trois mois plus tôt. La perte devrait se creuser à au moins 340 millions d’euros voire 390 millions contre 187 millions au 4e trimestre 2008.

Le fabricant est impacté par la baisse de la demande mais il souffre plus que ses concurrents. Fortement positionné sur le haut de gamme, peu présent dans l’entrée de gamme, Sony Ericsson a du mal à tenir le rythme face à la concurrence.

Face à ces difficultés, les rumeurs de séparation entre Sony et Ericsson se multiplient. Selon le magazine allemand Manager Magazin, Ericsson pourrait à court terme sortir de la joint-venture.

Interrogé, un porte-parole d’Ericsson a déclaré qu’il ne commentait pas les rumeurs et les spéculations. De son côté, Carl-Henric Scanberg, p-dg d’Ericsson avait récemment souligné que l’engagement de son groupe dans la société commune n’était pas remis en cause malgré la crise actuelle et ce, malgré la mauvaise santé de l’équipementier.

On en saura plus lors de la publication des résultats du fabricant, le 17 avril prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur