Progress capture les données pour les discipliner

Logiciels

Progress Software lance la nouvelle version de DataXtend Semantic Integrator, dont la nouvelle fonction CDC (Change Data Capture) assure une meilleure interopérabilité des données

Travailler avec des données fiables et valides dans un contexte informatique hétérogène. Faire collaborer les applications et les traitements avec une architecture SOA devient possible, mais ne résout pas ipso facto ce délicat problème de fiabilité et de cohérence de l’information. Et si les données échangées perdent de leur valeur, a quoi bon ? Cet état de fait expliquerait selon l’éditeur que “plus de 40 % du coût d’intégration soit affecté à la validation et au rapprochement manuel des données incohérentes échangées entre les systèmes d’entreprise”. Il propose donc sa gamme de solutions Progress DataXtend Semantic Integrator.

L’ESB : îlot stratégique de l’intégration

En fait, l’enjeu de ce type de traitement se joue au niveau de l’ESB (Entreprise Service Bus).

Au cœur même de l’architecture SOA, l’ESB assure l’interopérabilité entre les divers systèmes hétérogènes (ou non) du système d’information. Cette position en fait donc le lieu idéal pour intervenir dans ces processus afin d’affiner le travail d’intégration.

C’est justement au sein de l’ESB (le sien ou un autre) que Progress propose de déployer DataXtend 8.3 et ses fonctions de médiation des données basées sur un modèle commun, sur le même principe que ce qu’il peut faire pour les services dans l’architecture SOA. Alors, il capture sans intrusion les modifications intervenues au sein d’une source de données. Objectif : assurer la bonne transformation avec les formats appropriés pour les bases cibles, de façon synchronisée avec le référentiel global de l’entreprise. Bref, un moyen peu intrusif d’intervenir au bon endroit pour assurer la cohésion du système d’information.

La fin du travail manuel d’intégration

En automatisant les règles et en limitant les interventions manuelles ou semi-automatisées, l‘entreprise limite ou supprime les risques d’erreur liés à ces manipulations. Des règles automatisées et travaillant systématiquement “à la volée” au moment le plus adéquat du processus d’intégration sont un gage de meilleure cohérence. La solution fonctionne actuellement dans le monde Oracle, mais Progress assure que les prochaines versions prendront en charge d’autres bases de données.

L’éditeur semble destiner cette offre “aux opérateurs de communication”. Cependant, toutes les entreprises ne sont-elles pas des opérateurs de communication ? Pourquoi donner le sentiment de limiter type de solution à un marché ? Une verticalisation si affirmée, aussi pertinente et rémunératrice soit-elle, risque parfois de brouiller le message…


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur