Protection des données : 5 points à retenir du rapport de Dell EMC

Big DataCloudData & StockageIAASRégulations

Flux, valorisation, sauvegarde et réplication… La France chute au classement Dell EMC des pays les plus matures en matière de protection des données.

Dell EMC a publié les résultats de la troisième édition de son Global Data Protection Index. Un rapport basé sur une enquête commandée au cabinet Vanson Bourne.

2 200 décideurs IT d’entreprises de plus de 250 collaborateurs ont été interrogés sur la maturité de leurs stratégies de protection des données dans 18 pays : France, Allemagne, Italie, Suisse, Royaume-Uni, Pays-Bas, États-Unis, Canada, Mexique, Brésil, Inde, Chine, Corée, Japon, Singapour, Afrique du Sud, Émirats Arabes Unis et Australie.

Voici 5 des principaux points à retenir de ce rapport :

1. Big data > En France, les organisations interrogées ont géré en moyenne 11,2 petaoctets (Po) de données en 2018, contre 1,4 Po relevés en 2016. Ce qui représente une progression de plus de 700% en deux ans (contre 569% pour le panel dans son ensemble).

2. Valorisation > 83% des répondants en France (92% dans le monde) déclarent avoir conscience de la valeur des données gérées. En revanche, seuls 20% (36% dans le monde) disent les monétiser. Le risque élevé de cyber-attaques et les exigences réglementaires (RGPD, directive NIS…) freinent parfois les velléités commerciales.

3. Pertes de données > 76% des organisations reconnaissent avoir subi une interruption imprévue de systèmes au cours des 12 derniers mois et 27% des pertes de données irréversibles. Ce dernier taux atteint même 39% en France. Ce qui place l’Hexagone à la 17e position du classement (moins 16 places par rapport à 2016), devant la Corée du Sud.

Selon les répondants en France, les interruptions IT de 2018 ont coûté en moyenne à leur organisation plus de 337 000 euros et les pertes de données plus de 436 000 euros. Des sommes inférieures toutefois à celles de la moyenne du panel (527 K$, soit 467 K€, et 1 M$, soit 884 K€, respectivement).

4. Conformité > 35% des répondants dans le monde se déclarent « très confiants » concernant la conformité de leur infrastructure et processus de protection, sauvegarde et réplication de données avec la réglementation en vigueur. Pourtant, seuls 16% (8% en France) jugent que les solutions utilisées peuvent répondre à tous les défis à venir.

5. Cloud et IA > 40% des entreprises (37% en France) s’appuient sur des solutions d’infrastructure du cloud public, alors qu’elles étaient 28% en 2016. Et 76% font appel aux solutions et services de protection data d’au moins deux fournisseurs. Pourtant, 45% des organisations peinent encore à trouver des solutions « adaptées » aux nouveaux usages associés à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique.

Pour le fournisseur de solutions d’infrastructure informatique, « la protection de données ne peut plus être considérée comme une simple police d’assurance ». Elle devrait au contraire être au centre des préoccupations « pour toute charge de travail à laquelle l’entreprise donne la priorité », a commenté dans un billet de blog Arthur Lent, CTO de Dell EMC Data Protection.

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur