Protection de données : Orange veut rassurer, sondage à l’appui

CloudRégulationsSécurité
France Télécom devient Orange (crédit photo © Silicon.fr)

Moins de deux semaines après avoir confirmé une fuite de données portant sur 800 000 comptes clients, Orange publie un sondage qui confirme l’importance de la protection des données personnelles pour « 8 Français sur 10 ».

Orange rend public un sondage CSA sur la protection des données personnelles, sondage réalisé auprès d’un échantillon représentatif de la population française, du 21 au 23 janvier 2014. Soit quelques jours après une opération de piratage qui s’est soldée par l’accès aux données de 800 000 clients de l’opérateur. Orange a confirmé la fuite le 2 février dernier et, depuis, tente de rassurer.

« 8 Français sur 10 »

Sans surprise, 81% des 1 002 répondants interrogés en ligne se déclarent « préoccupés » par la protection des données personnelles en général. 85% le sont pour leurs données personnelles sur Internet. Parmi eux 37% se disent « très préoccupés ».

69% estiment être exposés à des risques lorsqu’ils naviguent sur Internet depuis leur lieu de travail, 78% depuis leur domicile et 90% depuis des lieux publics. Ce qui inquiète avant tout les Français interrogés, c’est le piratage de leurs données bancaires (80%), suivi par l’utilisation frauduleuse d’informations les concernant (65%).

Rappelons que, d’après Orange, ni numéros de carte bancaire, ni mots de passe n’ont été volés lors de la fuite de données dont il a été victime le 16 janvier. Dans ce cadre, l’exploitation des données dérobées se limiterait à des opérations de phishing et à de la revente de données personnelles (Lire : 5 questions pour mieux comprendre la fuite de données chez Orange).

La confiance règne ?

D’après le sondage CSA réalisé pour Orange, les Français feraient davantage confiance aux pouvoirs publics et aux opérateurs qu’à d’autres acteurs pour la protection de leurs données personnelles. Après les révélations sur l’implication de la filière IT dans la surveillance massive pratiquée par la NSA américaine et d’autres agences de renseignement aux États-Unis comme en Europe, ce résultat peut surprendre (Lire : Tout sur l’arsenal secret des espions de la NSA).

L’État (pour 33% des répondants, 32% exprimant un avis opposé) et les collectivités locales (28% pour, 25% contre) bénéficient du « capital confiance » le plus élevé. Les opérateurs télécoms se positionnent à la 3e place (26% pour, mais 33% contre). Concernant la définition d’un cadre réglementaire de protection et de traitement des données personnels, la Cnil est plébiscitée (74%), devant l’État français (55%) et l’Union européenne (45%).

Le Cloud oui, mais…

Le Cloud Computing est désormais connu de plus de 8 personnes sur 10, mais suscite toujours des interrogations. 55% des répondants se déclarent favorables à l’utilisation de l’informatique distribuée par les entreprises pour gérer, sauvegarder et sécuriser leurs données et celles de leurs clients. Ces proportions tombent à 48% pour un recours au Cloud par les collectivités et à 45% par l’État. Enfin, plus d’un Français sur deux préférerait que leurs données soient stockées en France.


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Dix questions sur Orange-France Télécom


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur